DANSE | FESTIVAL

Festival Résonance(s) 2016

03 Mar - 24 Mar 2016
Vernissage le 03 Mar 2016

La scène conventionnée de Pau Espaces Pluriels présente Résonance(s), mini festival réunissant quatre spectacles et prenant pour thème les liens entre danse et histoire de l’art. Y seront présentées les créations des chorégraphes Christian Rizzo, Gaëlle Bourges, Marlene Monteiro Freitas et Herman Diephuis.

Après une première édition dédiée à la relation entre la danse et la musique et une seconde consacrée à la lumière, la scène conventionnée de Pau Espaces Pluriels propose un troisième volet du rendez-vous danse Résonance(s) centré cette année sur les liens entre danse et histoire de l’art. Résonance(s) 2016 réunit quatre spectacles: A mon seul désir de Gaëlle Bourges, b.c, janvier 1545, fontainebleau de Christian Rizzo, Jaguar de Marlene Monteiro Freitas et D’après J.-C. d’Herman Diephuis.

La relation entre la danse et les arts plastiques n’a cessé de se poursuivre depuis le début du XXe siècle. Elle se fonde sur la constitution d’une communauté d’expériences et d’analogies et dans le rapprochement des matières, sur la réverbération, sur l’influence réciproque. Le choix spécifique de réunir ces quatre spectacles pose cette relation dans le cadre non pas d’une collaboration sur le plateau entre plasticiens et artistes de la danse mais davantage dans celle de l’évocation, de la référence à un mouvement d’histoire de l’art, à des œuvres d’art.

Empruntant à l’histoire de l’art, l’ensemble de tapisseries du Moyen Âge La Dame à la licorne, Gaëlle Bourges s’aventure dans sa pièce A mon seul désir à «diffracter» l’image des vierges. Quant à Christian Rizzo, fasciné par les cabinets de curiosité, le chorégraphe a titré son solo b.c., janvier 1545, fontainebleau, y dissimulant le nom du sculpteur italien de la Renaissance Benvenuto Cellini. Influencé par ces imaginaires implicites, il initie un univers à la fois baroque et abstrait, une danse conçue comme une composition spatiale.

Dans sa nouvelle création Jaguar, Marlene Monteiro Freitas poursuit son art de la défiguration, du jeu entre l’animé et l’inanimé, entre la mobilité et l’immobilité des corps. Activant la frénésie des corps, elle emprunte ses références à l’art brut et au mouvement d’inspiration expressionniste du Blaue Reiter.  Enfin, D’après J.-C. d’Herman Diephuis clos le festival Résonance(s). Le chorégraphe se réfère librement à l’iconographie religieuse de la Renaissance. Cette pièce revisite ainsi avec humour la représentation picturale de la Vierge Marie et de son fils Jésus en interrogeant le sens actuel du «Beau».