DANSE | FESTIVAL

Festival. Avis de Turbulences 10

06 Nov - 28 Nov 2014
Vernissage le 06 Nov 2014

Depuis dix ans, le festival Avis de Turbulences met à l’honneur la jeune création en danse en lui offrant une scène ouverte, curieuse t dynamique. Soucieux de porter un projet global, le festival accueille une expo photo durant le mois de la photo à Paris («Ils/elles dansent») et s’associe au Festival «Nio far» pour donner encore davantage de visibilité aux créateurs émergents.

Lucie Augeai, David Gernez, Sébastien Ly, Camille Ollagnier, Gwenaëlle Plédran, Maxence Rey, Françoise Tartinville, Gilles Verièpe
Festival.
Avis de Turbulences 10

Le festival Avis de turbulences accueille, aux côtés de chorégraphes en résidence, de jeunes compagnies venant de tous horizons. Audacieuse, sa programmation offre un espace de liberté aux chorégraphes de demain. C’est un appel à la diversité, à la curiosité, où les genres se rencontrent et se croisent. La danse est en ce sens présentée sous toutes ses formes: créations, performances, expositions et vidéos.

Exposition de photographies

«Ils/elles dansent», photographies de Gwenaëlle Plédran
Du 06 au 28 novembre 2014, Dans le hall du théâtre, entrée libre.

Cette exposition, présentée dans le cadre du mois de la photo, interroge l’identité du danseur, ses valeurs, ses frontières, s’employant à moquer et à déconstruire l’opposition masculin/féminin.

Programmation spectacles

W pour elle – Lucie Augeai & David Gernez (Cie Adéquate)
Du 06 au 08 novembre, 20h30

W pour elle est un solo, pendant féminin au solo masculin W pour lui, qui explore la question de l’image de soi et de celle que l’on renvoie. C’est avec un corps féminin, cette fois, que la pièce explore sa propre scénographie à base d’élastiques, symbolisant l’altérité, dans un espace-temps différent de celui du solo masculin.
Chorégraphie: Lucie Augeai et David Gernez, interprétation: Marie Rual, musique: Anthony Rouchier, création lumière: en cours, régisseur général: Étienne Soullard, scénographie: Matt Cabaret

Curiosities – Maxence Rey (Association Betula Lenta)
Du 06 au 08 novembre, 20h30

Et si les personnages de Jérôme Bosch s’animaient sous nos yeux? Ils nous raconteraient leur solitude dans ces espaces fantasmatiques et surpeuplés, leur parodie d’existence, leur drôlerie carnavalesque. Monstrueux, protéiforme, et tout aussi absurde et grotesque, le corps de Maxence Rey se fait le relais alchimique de ces ténèbres et de cet espoir qui font de Curiosities une réponse contemporaine à cet appel au vivant lancé des profondeurs du Moyen-Âge.
Interprétation: Vincent Brédif, Cyril Leclerc, Maxence Rey, création lumière: Cyril Leclerc, création sonore: Vincent Brédif, costume, scénographie: Frédérique de Montblanc, réalisation costume: Sophie Hampe, regard extérieur: Corinne Taraud

Outremer – Sébastien Ly (Cie Kerman)
Les 12, 13 et 15 novembre 2014 à 20h30

Outremer est une plongée dans les profondeurs de l’Être. À la manière d’une odyssée abyssale, ce quatuor de corps immergés nous invite à la rencontre de nos élans secrets, habituellement gardés sous silence.
Assistant: Damiano Ottavio Bigi, danse: Nikola Krizkova, Damiano Ottavio Bigi, Cécile Robin Prévallée, Sébastien Ly, paysages sonores: Vahan Kerovpyan, lumières: Erik Verstraete

Les Garçons sauvages (Ae et Forget me not) – Camille Ollagnier (Cie&Co)
Les 12 et 13 novembre 2014 à 20h30 (Forget me not)
Le 14 novembre 2014, à 18h et le 15 novembre 2014, à 20h30 (Ae)

Projet conçu pour douze « bêtes de scène », Les Garçons Sauvages est une succession de douze solos masculins dansé par douze danseurs différents, pensés pour eux, écrits pour eux par un même chorégraphe. Tous indépendants, tous en dialogue. Ensemble ou séparement, à deux, à trois, à douze, il n’y a ni ordre ni désordre. Dans ce spectacle aux 1 302 061 144 possibilités, le chorégraphe devient l’interprète du danseur pour l’amener à dégager une part intime, sauvage, de lui-même. Histoire dansée d’une masculinité fragmentée, Les Garçons Sauvages est un recueil de sensibilités à vif.
Danse: Quentin Balpe, voix: Marguerite Duras, musiques : Sylvester & Jeanne Moreau, montage vidéo: Quentin Balpe

E-scape – Gilles Vérièpe (Cie Gilles Vérièpe)
Du 20 au 22 novembre 2014, jeudi à 18h, vendredi et samedi à 20h30

E-scape, solo mêlant vidéo numérique et musique electronica permet de creuser le thème de l’humain dans la société actuelle. Les fondements du solo sont de partir de la verticalité ¬— la ville — à l’horizontalité — le paysage, landscape. Le corps du danseur touche la profondeur du néant et la suggestivité de la vie face à l’immensité de l’univers.
Musique: Vlad Roda Gil, vidéo numérique: Fabien Maheu, création lumière: Paul Zandbelt, assistant à la création: Sylvain Rembert, costumes: Arielle Chambon

Emulsion Cobalt – Françoise tartinvelle (Cie Atmen)
Les 21 et 22 novembre 2014, à 20h30

Après Intérieur Crème et Blanc Brut, Françoise Tartinville crée Émulsion Cobalt, dernier opus de son triptyque sur le masculin. Qu’est ce que le masculin? Émulsion Cobalt en questionne les valeurs, tout en explorant à loisir les frontières mouvantes et flottantes de ce «continent». Cette pièce associe dérision, irrévérence, humour et sensualité. Il s’agit de dévoiler un masculin «extérieur» et «intérieur», en perpétuel mouvement. Cette pièce pour trois danseurs, est un dialogue entre trois forces qui construisent et déconstruisent une image du masculin vue par une femme. Il s’agit de briser le hiératisme froid des codes, faire fondre médailles et glaives, et touiller jusqu’à obtenir une matière chaude et sensible: le moelleux du masculin.
Conceptrice/chorégraphe: Françoise Tartinville, assistante artistique: Corinne Hadjadj, danseurs: Fabien Almakiewicz, Vincent Delétang, Cyril Geeroms, compositeur: Jean-François Domingues, éclairagiste: Boris Molinié, costumière: Annabel Vergne, assistante costumière: Clémence Turpin Toussaint

Festival Nio Far

Du 24 au 28 novembre 2014

Cette année, L’étoile du nord s’associe au Festival « Nio Far ». Ouvert sur le monde, le festival interroge le passé à travers l’histoire coloniale tout en questionnant notre société contemporaine avec une programmation éclectique. Pour cette 3e édition, «Nio Far» invite les chorégraphes Opiyo Okach, Hubert Petit Phar, Sophiatou Kossoko, le metteur en scène Philippe Adrien et l’écrivain Ken Bugul. Les fonds collectés par la billetterie serviront à la création d’une Maison des Artistes à Mboro au Sénégal, l’objectif étant de créer des ponts culturels entre Pays du Nord et Pays du Sud.

Lundi 24 novembre, à 20h30: Bugul, personne n’en veut (Projection du film documentaire de Silvia Voser) + Cacophonie (Lecture d’extraits du dernier roman de Ken Bugul en sa presence).
Mardi 25 novembre, à 20h30, Expandere suivie de Them No Go See ( de Sophiatou Kossoko, Cie IGI)
Mercredi 26 novembre, à 20h30: Body Evidence (chorégraphie et interpération par Opiyo Okach) suivie de Le discours (chorégraphie et interpération par Hubert Petit Phar)
Vendredi 28 novembre, à 20h30: Boesman et Lena de Athol Fugard, mis en scène par Philippe Adrien.