DANSE | SPECTACLE

Festival Artdanthé. Attends, attends, attends…(Pour mon père)

23 Jan - 24 Jan 2015
Vernissage le 23 Jan 2015

Dans Attends, attends, attends... Jan Fabre s’inspire librement de la vie de son interprète, Cédric Charron avec qui il collabore depuis 2000. A travers ce dialogue imaginaire entre père et fils, la relation filiale se réinvente: Charron devient Charon des temps contemporains, le danseur sublime cet écart temporel et renverse les chronologies.

Jan Fabre (Troubleyn)
Festival Artdanthé. Attends, attends, attends…(Pour mon père)

Le temps entre le père et le fils est pavé de patience. Ils s’attendent dans un schisme qui tente de capturer une génération. L’un a tout vu, l’autre a encore tout à apprendre. Et inversement. L’un a tout perdu, l’autre doit encore tout découvrir.

Les fils exigent du temps. Du temps pour soi, du temps à perdre, à gaspiller, à donner. Pour un fils, le temps n’est pas une ligne droite, mais sinueuse. Il veut pouvoir se perdre dans tous les détours, suivre son propre chemin, ses propres instincts. Il veut mener le temps par le bout du nez, le précipiter pour qu’il suive son propre rythme cardiaque. Ou en renverser le sens, afin d’y créer un trou où se réfugier en rêve. Le fils demande au père d’attendre. Attends, attends, attends…

Dans cette représentation, Jan Fabre explore l’art de la procrastination. Le report à plus tard crée une réserve, un moment où tout reste possible, où aucun choix ne doit encore être fait. On se réserve non seulement le temps, mais aussi l’espace: l’ajournement crée aussi la distance, se replie sur lui-même en un geste de patience. En cette minute, dans l’espace de ce centimètre, la liberté croît et se décuple. On renoue avec une immensité qui s’ouvre dans toutes les directions. On rassemble toutes les particules énergétiques pour une possible prochaine étape. Puis une autre étape. Encore, et encore, et encore. Le report à plus tard est l’allié de la tension, car il crée des trouées dans le temps. L’ajournement a quelque chose d’érotique: il s’ouvre à ce qui va arriver. Mais pas tout de suite.

Dans Attends, attends, attends… (pour mon père), le fils mène un dialogue imaginaire avec son père… Un dialogue où il demande à son père d’attendre, d’avoir de la patience. Il demande à son père de s’ouvrir au temps de son fils. Il demande à son père de se retirer en son fils, pour ainsi redevenir un enfant et se préparer à la mort. Le fils se révèle comme étant Charon, le passeur qui prépare le père pour la dernière traversée. Il connaît la mort comme aucun autre. Comme l’artiste qu’il est devenu, il est un spécialiste de l’acte de mourir. Chaque soir à nouveau, il permet à la mort et à la naissance de venir. Chaque soir à nouveau, il traverse le Styx, il est après tout le complice du spirituel, il réveille les fantômes et les renvoie à leur paradis et à l’enfer d’où ils sont nés . Il connaît bien son rôle, il l’a joué si souvent. Père vous joindrez-vous à moi?

Conception: Jan Fabre
Interprétation: Cédric Charron

Informations
Festival Artdanthé, Vanves
Théâtre de Vanves

Les 23 et 24 janvier 2015, à 21h15

Durée: 1h
Tarifs: 13€/18€

Programme du festival Artdanthé 2015: cliquez ici.

Cédric Charron, interprète de cette pièce, présentera son propre travail mené avec Annabelle Chambon I Promise, this is the last time-Prolongation, le samedi 21 mars 2015 dans le cadre du festival.