ART | INSTALLATION

Fanfare

11 Mar - 13 Mai 2017
Vernissage le 11 Mar 2017 à partir de 12:00

L’exposition « Fanfare » à la galerie Templon, à Paris, dévoile des œuvres inédites d’Iván Navarro. Des installations visuelles et sonores qui explorent les rapports entre musique et pouvoir.

L’exposition « Fanfare » à la galerie Templon présente de nouvelles œuvres d’Iván Navarro. Les installations de l’artiste chilien sont réunies en un parcours immersif qui explore les rapports entre la musique et le pouvoir.

Les installations visuelles et sonores d’Iván Navarro explorent les notions de pouvoir et de contrôle

Le titre de l’exposition, « Fanfare », renvoie à une multitude de sens : il désigne aussi bien des ensembles musicaux interprétant lors d’événements festifs, tapageurs et décontractés des morceaux traditionnels que des orchestres militaires défilant selon des règles strictes, dans une rigueur martiale. De la même façon, les installations d’Iván Navarro détournent des instruments de musique et leur confèrent ainsi une polysémie équivalente.

La démarche artistique d’Iván Navarro est nourrie par son expérience personnelle. Né pendant la dictature de Pinochet, l’artiste chilien en a gardé un intérêt particulier pour les notions de pouvoir et du contrôle qu’il analyse sans cesse. Pour cette exposition, d’inédites installations visuelles et sonores rassemblées en un parcours immersif explorent le son et le langage, des outils de propagande ou d’élimination qui peuvent également être au service d’insurrections.

La musique et le langage : des outils d’oppression et d’insurrection

Les installations d’Iván Navarro exploitent les correspondances entre les effets optiques et sonores pour souligner les ambiguïtés du langage et la force sociale de la musique. Tout au long du parcours, on est plongé dans le noir et entouré de sculptures en néons qui forment des instruments de percussion. Un ensemble d’installations forme un orchestre électrique muet des grosses caisses génère des mots en lumière qui s’inscrivent sur leur face et sont projetés à l’infini par une série de miroirs. Dans les œuvres Silent Listen et Bomb Blow, les grosses caisses sont à double face et le mot épelé est projeté de façon modifiée sur l’autre face. Ainsi « Blow » (souffle) devient « bomb » (bombe) et « listen » (écoute) devient « silent » (silencieux).

Une nouvelle série intitulée Cymbals s’inscrit dans la continuité du projet de recherche sur la musique qu’Iván Navarro a débuté en 2009 avec Drums. Quant à l’installation The Music Room IV, créée en collaboration avec l’artiste Courtney Smith, il s’agit d’une chambre d’écoute dont les murs sont tapissés de pochettes d’albums venant du monde entier et qui représentent tous un épisode révolutionnaire. Au sein du dispositif, une niche capitonnée permet au visiteur de se soustraire au vacarme visuel de ces albums électriques pour écouter des morceaux. Ces chansons entendues, comme celles « visualisées » constituent une boucle infinie d’airs prônant la contestation, la résistance et la célébration, telle un chœur unifié face à l’oppression dictatoriale.