ART | EXPO

Face à Face #1

03 Mar - 11 Avr 2004

Un nouveau programme intitulé Face à Face expose côte à côte deux œuvres, l’une récente, ici celle de Michel Blazy, l’autre réalisée entre la seconde guerre mondiale et la fin des années quatre-vingts, celle de Tetsumi Kudo. Une manière de situer les oeuvres contemporaines dans l’histoire récente et d’en explorer les origines, qu’elles soient plastiques ou intellectuelles.

Tetsumi Kudo et Michel Blazy
Face à Face #1

Ce premier Face à Face #1 confronte le travail de Michel Blazy, artiste français né en 1966, à celui de Tetsumi Kudo, artiste japonais né en 1935 et décédé en 1985 après s’être installé à Paris en 1962. Pour Tetsumi Kudo, l’humanité est encore dans son cocon, elle est à naître, et «il faut atteindre une conception de la dignité humaine décomposée et polluée». Selon Michel Blazy, elle se débat dans le cadre étroit de la civilisation post-industrielle, mais son travail élargit en quelque sorte le champ de l’humain, nous apprenant à cohabiter avec le rebut, le larvaire, les êtres inquiétants rencontrés sous le microscope. Tous deux semblent toutefois s’accorder, à des années de distance, sur la nécessité de repenser les liens entre l’humain, le machinisme et le biochimique.

Tetsumi Kudo a défini son oeuvre comme une attaque contre toutes les «philosophies de l’impuissance»: placée sous le sceau du traumatisme d’Hiroshima, elle envisage dès les années soixante l’écologie comme une urgence absolue. Les formes organiques de l’artiste japonais évoquent ainsi la fonction aliénante et répressive de l’électronique autant que les conséquences de la pollution mondiale ou les troubles de l’impuissance sexuelle.

Quelque trente ans plus tard, Michel Blazy utilise un lexique formel analogue, mais à des fins très différentes: ses compositions «vivantes» présentent le monde comme théâtre d’une consommation permanente où se mêlent le naturel et l’industriel. Instigateur d’une sorte de pop art de la putréfaction, Michel Blazy réalise ainsi des expériences avec des végétaux aussi bien qu’avec les produits de l’industrie, du ketchup au yaourt à la fraise…

Autour de l’exposition
17 mars: présentation des films de Michel Blazy Voyage au Centre, Green Peeper Gate et Multivers

Publication
Tetsumi Kudo,Pollution-cultivation-nouvelle écologie écologie, 1971.