DANSE | SPECTACLE

Extra Shapes

23 Fév - 25 Fév 2017

Le Centre Pompidou présente Extra Shapes de DD Dorvillier, un spectacle conçu comme « une chorégraphie pour silhouettes, un concert pour haut-parleurs et un lightshow. » Extra Shapes propose de faire sur scène l’expérience des rapports contraires de la danse, de la lumière, et de la musique.

Pièce créée en 2015, avec le concours du compositeur Sébastien Roux et du créateur de lumières Thomas Dunn, Extra Shapes se présente comme « une chorégraphie pour silhouettes, un concert pour haut-parleurs et un lightshow. »

Extra Shapes : l’expérience de rapports contraires

Lorsque dance, musique, et lumières se rencontrent, il se révèle parfois difficile de combiner ces trois éléments en tout un ensemble harmonieux. La musique peut, en quelque sorte prendre, le dessus sur la danse et en atténuer la portée expressive alors que la lumière peut rendre aveugle à celle d’une pièce. Dans Extra Shapes, DD Dorvillier semble s’être donné comme défi de trouver précisément un équilibre délicat entre danse, son, et lumière, assignant à chacune des composantes de son spectacle une place et un rôle rigoureusement définis puisqu’elle entend expérimenter sur scène leurs rapports contraires.

Extra Shapes : un spectre morphologique

Composée de trois séquences d’égale durée, Extra Shapes propose au spectateur de faire une telle expérience en jouant avec ses propres perceptions du mouvement, du son, et de la lumière. Chaque séquence s’accompagne en effet pour le spectateur d’un changement de perspective, révélant de nouveaux détails de la pièce, puisque chacun est convié à changer de place, à en occuper une autre, plus proche ou éloignée du plateau. De la sorte, la perspective visuelle et sonore du spectateur change, et conduit celui-ci à recomposer en imagination la totalité de la pièce, ainsi fractionnée en perspectives successives.

Sur scène, les trois interprètes – DD Dorvillier, Walter Dundervill, et Katerina Andreou – ne cessent de revenir et reprendre les mêmes postures. Par ce jeu de perspectives changeantes contrastant avec la permanence des mouvements des danseurs, Extra Shapes présente ainsi tout un spectre « morphologique. » Les danseurs évoluant au bord de la scène, chacun peut alors faire varier la distance qui le sépare de ceux-ci. Loin de subir un simple effet de répétition, on peut alors redécouvrir les gestes de chaque danseur.