DANSE | SPECTACLE

Exquisite corpse

29 Nov - 01 Déc 2012
Vernissage le 29 Nov 2012

Née d’un cadavre exquis pour 58 chorégraphes et 7 danseurs, la pièce Exquisite Corpse remet en jeux, et en questions par le geste, la notion d’auteur en danse.

Joanne Leighton
Exquisite corpse

Joanne Leighton ne conçoit pas son art comme une exposition de sa subjectivité, un épanchement de son émotivité. Elle se passionne pour un héritage de la modernité en art, qui porte l’attention sur les formes et leurs structures; sur les dispositifs qui les permettent, les processus qui les produisent. Captivée par le «comment», plutôt que par le «qui», elle questionne les notions d’auteur, ou d’original d’un «texte» chorégraphique. On pourrait croire –voire craindre– pareille approche comme foncièrement austère. Au contraire, s’ouvrent de multiples dialogues, vivants. Il y a de l’oxygène dans cette manière de s’approcher de la matière chorégraphique.

Le processus d’Exquisite Corpse prend son origine dans la commande passée à cinquante-sept chorégraphes différents, de composer chacun une phrase chorégraphique d’une minute. Pour cela, leur sont fournies les dix dernières secondes de la phrase inventée par le (la) chorégraphe l’ayant précédé dans cette chaîne. A ce stade, on reconnaît parfaitement le principe du Cadavre exquis, que les Surréalistes inventèrent autour de 1925: mi comme un jeu, mi comme la libération d’une forme autonomisée de l’écriture, affranchie de la vieille figure écrasante de l’auteur en majesté. Dès ce premier stade, la vertu de dialogue de ce processus se manifeste dans les studios du Ccnfcb. Les cinquante-sept chorégraphes ont réagi à une sollicitation que leur a adressée Joanne Leighton, elle-même auteur de la toute première phrase. D’eux à elle, c’est une première réponse. L’amorce d’un dialogue. Mais tout autant, ils se répondent entre eux: chacun réagit au geste suspendu ou éteint de son prédécesseur. Puis son successeur dans la chaîne réagira à ses propres dix secondes finales. Second niveau de réponse. Et le dialogue s’enrichit.

Chorégraphie, conception: Joanne Leighton
Créé avec Jérôme Andrieu, Matthieu Bajolet, Marion Carriau, Marie-Pierre Jaux, Massimo Fusco, Edouard Pelleray, Pauline Simon
Regard extérieur: Elodie Bergerault
Création lumières: Maryse Gautier
Musique: Peter Crosbie
Scénographie: Nicolas Floc’h
Costumes: Corine Petitpierre

Production déléguée: Centre Chorégraphique National de Franche-Comté à Belfort
Coproduction Le Rive Guache, Scène conventionnée pour la danse – Saint-Etienne du Rouvray, le Granit – Scène Nationale de Belfort, La Filature – Scène Nationale de Mulhouse
Avec le soutien de La Ménagerie de Verre dans le cadre de Studioslab et du Centre National de la Danse (Pantin) pour la mise à disposition de leurs studios.

Repères biographiques
Directrice du Centre Chorégraphique National de Franche-Comté à Belfort depuis mai 2010, Joanne Leighton est une chorégraphe belgo-australienne dont le parcours est étroitement lié à une vision de la danse originale, dynamique et évolutive, dans un désir constant de dialogue et d’échange. Elle entretient cette philosophie et cet engagement avec l’ensemble de ses danseurs et collaborateurs artistiques. Actuellement, Joanne Leighton compte à son actif une vingtaine de productions chorégraphiques.
Les pièces phares de la compagnie comme Display/Copy Only (2004), Made in Taiwan (2004) sont présentées sur de nombreuses scènes internationales. Joanne Leighton a été programmée et coproduite par des festivals et des théâtres depuis 18 ans notamment en Allemagne, Australie, Belgique, Espagne, France, Irlande, Italie, Lettonie, Lituanie, Pays-Bas et Royaume-Uni. En 2009 a été créée The End pièce en relation avec le texte de John Cage Conférence sur rien. Au cours de la saison 2010, Joanne Leighton a été chorégraphe associée à Pôle Sud (Strasbourg) et en résidence pédagogique à la Scène Nationale d’Orléans. En décembre 2010, elle a créé Made in Strasbourg, première création du projet Made in… Série, pièce recréée in situ avec 99 habitants et 5 danseurs. Ce projet a été décliné en 2011 avec Made in Oldenburg, Made in Metz, Made in Charleroi et en mai 2012 Made in Vesoul. Joanne Leighton a présenté en janvier 2011: Fibonacci sequence, une création pour Les Modulables, titre générique regroupant de courtes pièces pour plateau ou hors cadre issues de son répertoire qui combinées entre elles, forment une œuvre à part entière. En septembre 2011, elle a lancé Les Veilleurs de Belfort, projet pour 731 habitants de Belfort et de ses alentours pour une durée de 366 jours. En mai 2012, elle a créé Exquisite Corpse, pièce pour 7 danseurs et pour plateau sur le principe du cadavre exquis.
Pédagogue accomplie et reconnue internationalement, Joanne Leighton a donné régulièrement des cours et ateliers destinés aux danseurs amateurs, masterclasses pour danseurs professionnels, et ateliers jeune public. En 2009 et 2010, Joanne Leighton a été chorégraphe associée au CDWEJ, projet Danse à l’école, de la Communauté française de Belgique. En 2010 Joanne Leighton a reçu le Prix de la SACD pour son parcours.
De 2011 à 2014, Joanne Leighton est chorégraphe associée au Rive Gauche, scène conventionnée pour la danse de Saint-Etienne-du-Rouvray.