ART | EXPO

Expositions personnelles

28 Avr - 03 Juin 2006
Vernissage le 28 Avr 2006

Yves Oppenheim présente un ensemble de peintures récentes de grand format, qui jouent sur la répétition et la variation sur le mode de l’abstraction. Les photographies de Rhona Bitner issues de la série Stage offrent un nouveau regard sur le théâtre.

Rhona Bitner, Yves Oppenheim
Rhona Bitner, Yves Oppenheim

— Pour sa première exposition personnelle à la galerie Xippas, Yves Oppenheim présentera un ensemble de peintures récentes de grand format. Riches par la complexité de la composition et l’emploi de la couleur, les peintures d’Yves Oppenheim utilisent un langage formel exclusivement abstrait, jouant sur la répétition et la variation.

Les courbes sensuelles et les textures, opaques à transparentes, s’entrelacent et se superposent sur la surface de la toile. Les formes de couleurs vives et lumineuses, aux contours clairement dessinés, semblent découpées, contrastant avec des courbes noires qui apparaissent comme des oblitérations.

D’un côté, Yves Oppenheim affirme la volonté de s’inscrire dans le champ traditionnel de la peinture, de l’autre le désir d’exprimer le doute à travers la continuelle dissolution et re-matérialisation de la composition. Car pour Yves Oppenheim «Il s’agit de transmettre une conscience claire de l’activité qui consiste à faire de l’art. En fait, le travail doit empêcher délibérément une appréhension rapide et simple de l’image dans le but d’éveiller chez le spectateur l’inquiétude qui doit accompagner la perception de la peinture, et donc la mise en mouvement de la pensée».

— L’œuvre de Rhona Bitner observe les parallélismes entre photographie et théâtre. Par analogie, dans les deux cas nous entrons dans un espace noir alors qu’une image apparaît.

Pour sa première exposition personnelle à la galerie Xippas, Rhona Bitner présentera un ensemble de photographies de grand format issues de la série Stage. Dans cette série, Rhona Bitner focalise son attention sur l’instant qui précède le début de la représentation, le moment où la salle s’éteint et les projecteurs illuminent la scène.

Ces images, trompeusement simples et tranquilles, suggèrent cet intervalle complexe des perceptions et des appréhensions qui précède le spectacle. En capturant la lumière au moment du lever de rideau, Rhona Bitner saisit la tension, l’excitation, l’attente et la crainte, transmises par la lumière, qui émanent de la salle.

Puis, alors que la scène est vide, quittée par les acteurs à la fin de la représentation, Rhona Bitner capte la lumière tombante, trace de la mémoire de ce qui s’est produit là.

Article sur l’exposition
Nous vous incitons à lire l’article rédigé par Étienne Helmer sur cette exposition en cliquant sur le lien ci-dessous.

critique

Stage