ART | EXPO

Exposition d’été

12 Juin - 30 Juil 2004

L’exposition d’été articule le thème du mouvement sous formes de phénomènes optiques, physiques, abstraits, et figuratifs et ce, jusqu’aux limites du perceptible. Avec Philippe Decrauzat, Tatjana Doll, François Morellet, Frédéric Nogray et Michaël Viala.

Philippe Decrauzat, Tatjana Doll, François Morellet, Frédéric Nogray, Michaël Viala
Exposition d’été

Diplômé de l’Ecole Cantonale d’Art de Lausanne, Philippe Decrauzat travaille depuis plusieurs années sur les phénomènes optiques. Il présentera une série de deux tableaux. Ceux-ci sont le résultat d’une double procédure. En effet, leur châssis au contour élaboré détermine le dessin des cernes du dégradé de couleur (cf. reproduction en attaché). Philippe Decrauzat a participé à de nombreuses expositions dont la récente exposition collective «La partie continue I» au Crédac (Ivry-sur-Seine) et l’exposition personnelle à Glassbox l’an dernier.

Tatjana Doll produit des tableaux figuratifs au représentation à échelle un d’objets quotidiens. Ainsi, pour cette exposition, elle présentera un tableau aux dimensions d’un Hummer, véhicule américain 4 roues motrices.

L’œuvre de François Morellet Deux lignes interférents date de 1972. Elle consiste en un clignotement aléatoire de néons alignés.

Frédéric Nogray, diplômé de l’Ecole des Beaux-Arts de Bordeaux, s’est rapidement engagé dans des productions sonores aussi bien dans le cadre de l’art que pour des spectacles. À l’occasion de l’exposition à l’Ecole Nationale des Beaux-arts de Paris «Densité plus ou moins degré zéro» sa prestation a été très remarqué. Pour sa participation à la galerie, Frédéric Nogray présentera une installation sonore aux discrets larsens comme autant de modulations.

Michaël Viala a déjà réalisé une exposition personnelle à la galerie. Ses œuvres abordent souvent la notion de mouvement physique. Ses volumes, hérités tant de l’art minimal que de formes urbaines, jouent avec l’architecture des lieux d’exposition et la perception que l’on en a.