PHOTO | EXPO

Expérimentations splendides

17 Juil - 20 Sep 2015
Vernissage le 17 Juil 2015

Rassemblant les productions des résidences portées par Stimultania entre 2012 et 2015, cette exposition collective explore la fiction et le médium photographique. Il s’agit à la fois de rendre compte de la richesse de ces rencontres et de montrer comment la photographie peut se révéler et devenir une expérience esthétique contre le désenchantement.

Emilie Arfeuil, Bénédicte Bailly, Guillaume Chauvin, Françoise Gaume, Maïmouna Guerresi, Viola Korosi, Naohiro Ninomiya, Magali Paulin, Marion Pedenon, Sonia Poirot, Bruno Rosier, Viktoria Sorochinski, Laura Tangre
Expérimentations splendides

Réunies pour la première fois au sein d’une exposition collective, les productions des résidences photographiques, portées par Stimultania entre 2012 et 2015, rendent compte de la richesse de ces rencontres et d’une création foisonnante.

«Expérimentations splendides» ou la photographie comme fenêtre ouverte sur le monde extérieur. Ici, la photographie stimule les regardeurs; elle les interroge, les remet en question et les bouscule. Là, elle s’impose comme véritable espace de dialogue qui permet la rencontre de plusieurs univers et tisse des liens entre ces sphères. Enfin, elle fixe des réalités, saisit des contours et en présente des images subjectives, poétiques, subversives.

Stimultania provoque une rencontre. Celle d’un artiste, celle d’un public. Celle d’un lieu, celle d’un sujet. Une création en découle, témoin de ces rencontres improbables entre des gens et les artistes, trace tangible et visible d’un projet où ces publics, dans leur diversité, deviennent acteurs de leur histoire.

Entre les résidences pour 3e âge, le milieu carcéral ou social défavorisé, les établissements scolaires et socio-éducatifs, les lieux des résidences proposent une matière visuelle forte et abondante ainsi qu’une diversité de populations, de cultures et d’origines qui nourrissent les projets. Les photographes s’approprient le sujet et le contexte de création. Ils les fouillent, les manipulent, les retournent dans tous les sens, les questionnent et plongent dans une réflexion esthétique. Dès lors, ils s’immergent dans un environnement qui leur est encore étranger, bousculent leur démarche et habitudes artistiques et apportent un nouveau souffle à leur regard d’artiste.

Sur les murs, des compositions étonnantes et énigmatiques, des corps, des hommes, des femmes et des enfants seuls avec eux-mêmes, face à leur double ou en groupe. Ce sont autant de souvenirs qui se révèlent que d’histoires intimes qui se racontent ou de mises en scène parfois spontanées, parfois savamment étudiées qui s’exposent. La photographie dans tous ses états. Les masques tombent. Les révoltes éclatent. Les prises de risque s’affirment. Et les portraits font face.

Tantôt, la photographie permet de questionner le quotidien d’une maison de retraite au travers du regard fatigué de ses pensionnaires et des bribes d’images atemporelles, de figer le temps en réunissant autour de souvenirs et d’objets insolites, des enfants et des personnes âgées, des rêves inavoués et des histoires pleines de nostalgie ou encore d’inventer le passé en jouant d’images orphelines, d’incertitudes visuelles et de doutes existentiels. Tantôt, elle révèle l’essence des liens affectifs et les relations complexes qui unissent des personnes et matérialise le dialogue silencieux entre des modèles mis en scène; elle met à nu des visages, des expressions familières et distanciées, elle illustre la rencontre de l’un et l’autre, profile les rapports qui sous-tendent dans chaque regard et tisse des échanges saisissants entre ces faces à faces. Soudain, la photographie  se fait symbole ambigu d’un désir de liberté; elle clame des prises de positions, affirme des propos délicats, brûlants et partage des sentiments troublants, réservés qui s’affolent lentement et affleurent la surface des images.

«Expérimentations splendides». Une exposition d’images variées qui explore la fiction et le médium photographique, qui mêle un quotidien troublant, l’innocence et la magie de l’enfance, la présence étonnante d’un extraterrestre perdu au détour des cimaises, la puissance artistique des photographes, des regards engagés, des figures symboliques, totémiques et sculpturales.
«Expérimentations splendides» ou comment la photographie peut se révéler et devenir une expérience esthétique contre le désenchantement.