ART | CONFERENCE

Exhumer

12 Fév - 12 Fév 2015
Vernissage le 12 Fév 2015

Pour cette nouvelle séance Poésie Plate-Forme, Jérôme Mauche reçoit Arnaud Esquerre, sociologue et Olivia Rosenthal, romancière et performeuse. Il s’agira de rapprocher étude sociologique et fiction, notamment lorsqu’elles sont travaillées par un similaire désir de mise en forme et de compréhension de ce qui reste, de ce qui se découvre dans et avec le langage.

Arnaud Esquerre, Olivia Rosenthal
Exhumer

Cette séance Poésie Plate-Forme, sous l’intitulé «Exhumer», propose une rencontre entre le sociologue Arnaud Esquerre et la romancière Olivia Rosenthal. Vies individuelles et collectives, données réelles, agencements explicatifs et narratifs permettent de rapprocher ces modalités respectives d’enquête que seraient l’étude sociologique et la fiction, notamment lorsqu’elles sont travaillées par un similaire désir de mise en forme et de compréhension de ce qui reste, de ce qui se découvre et se dégage dans et avec le langage.

Arnaud Esquerre est sociologue. Il est chargé de recherche au Cnrs, rattaché au Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative. Son travail s’articule autour de plusieurs axes, celui de la définition des groupes «sectaires» (La manipulation mentale. Sociologie des sectes en France, Fayard, 2009), celui de la prédiction de la fin de monde et des pratiques de l’astrologie (Prédire: l’astrologie en France au XXIe siècle, Fayard, 2013).

De plus, Arnaud Esquerre a travaillé sur le rapport aux corps morts (Les os, les cendres et l’Etat, Fayard, 2011), en s’intéressant notamment aux processus de crémation en Europe, au sort des restes humains dans les musées et aux pratiques d’autopsie médico-légale. Il mène, par ailleurs, un travail avec Luc Boltanski concernant la mise en valeur économique du passé dans le contexte post-capitalistique par la patrimonialisation et la propriété intellectuelle. Ses analyses sur l’industrie cinématographique ont été publiées dans Mouvement en 2012. Il a, par ailleurs, cosigné avec Luc Boltanski un essai quant à la radicalisation des valeurs, Vers l’extrême, Dehors, 2014.

Olivia Rosenthal est romancière, dramaturge et performeuse. Son œuvre littéraire interroge la place des individus aux prises notamment avec leurs communautés et l’inventivité des solutions pratiques et fictionnelles dont ils font preuve. On citera parmi ses romans et récits, publiés aux éditions Verticales, Dans le temps, 1999; Mes petites communautés, 1999; Puisque nous sommes vivants, 2000; Les Sept Voies de la désobéissance, 2004; On n’est pas là pour disparaître, 2007; Que font les rennes après Noël?, 2010; Mécanismes de survie en milieu hostile, 2014.

Olivia Rosenthal investit, dans une logique d’expérimentation, par-delà l’espace littéraire, tout aussi bien le théâtre (Les félins m’aiment bien, Actes Sud Papiers, 2004; Les lois de l’hospitalité, Inventaire/Invention, 2008), que la performance, notamment via des «architectures en parole», des pièces sonores consacrées à des lieux urbains emblématiques, et le plus souvent à partir d’entretiens menés avec leurs usagers (ainsi à propos du 104, ancien Service municipal des pompes funèbres, Viande froide: Reportages, Cent-Quatre/Nouvelles Éditions Lignes, 2008; ou de la Prison de La Santé, dans L’impossible photographie: les prisons parisiennes 1851-2010, Paris-Musées, 2010). De plus, elle collabore notamment avec les cinéastes Olivier Ducastel et Laurent Larivière pour des projets et performances filmiques, avec Philippe Bretelle pour des commandes publiques (tramway de Brest).

Olivia Rosenthal est par ailleurs Maître de Conférences à l’Université de Paris 8 où elle enseigne la littérature. On lui doit notamment Donner à voir: écriture de l’image dans l’art de la poésie au XVIème siècle, Champion, 1998. Elle y a cofondé en 2013 un Master de création littéraire.

Informations
Jeudi 12 février 2015 à 19h
Entrée libre