ART | EXPO

Exhausted laughters/ Rires épuisés

14 Juin - 21 Sep 2014
Vernissage le 13 Juin 2014

Chaque exposition de Tania Mouraud est un défi pour l’esprit, les sens, les émotions. Elle invente un langage plastique dont la forme tend vers l’abstraction et le sens vers la représentation la plus précise de ce que lui inspire le monde. En cela, ses œuvres constituent des matières de résistance: à la barbarie, à la violence, au chagrin, à la mort…

Tania Mouraud
Exhausted laughters/ Rires épuisés

Le travail de Tania Mouraud s’inscrit dans une pratique questionnant les rapports de l’art et des liens sociaux en utilisant différents médiums: installation, photographie, son, vidéo, performance, etc. L’exposition présente six installations vidéo réalisées au cours des dix dernières années.

En 1992, Vicky Rémy enrichit la collection du Musée avec le don d’un grand nombre d’œuvres de Tania Mouraud accompagnées de précieux documents conservés à la Bibliothèque Jean Laude. En 2006, la donation de la Caisse des dépôts et consignations complétait le fonds avec une œuvre majeure. Ces œuvres ont souvent figuré sur les cimaises du Musée.

Tania Mouraud comme toute une génération d’artistes, s’est formée en Europe, en France, en Angleterre puis en Allemagne à Düsseldorf avant de se faire connaître sur plusieurs continents avec des expositions ou des performances.

L’exposition «Exhausted Laughters» (Rires épuisées) est dédiée à la seule présentation d’une sélection de ses vidéos. Dans aucune de ses expositions, Tania Mouraud n’aura aussi richement livré une part d’elle-même qui demeurait sous-jacente, un non-dit virulent: le refus de l’histoire, le refus de son histoire, d’une blessure incommensurable, le refus d’une appartenance, le refus d’un nom.

Elle a peu à peu accepté de «surfer sur la vague». Ses liens avec l’Europe de l’Est et de l’Ouest, en elle, continuent de se glacer devant l’ignominie. Pour la fustiger, au passé, au présent et au futur, elle a choisi de coupler images en mouvement captées devant des actes les plus innocents mais aussi les plus perturbants de notre quotidien.

Ses créations vidéo ne doivent pas être comprises comme des images auxquelles seraient associées des compositions musicales ou des sons. Tania Mouraud perçoit le son et le travaille comme les images qu’elle obtient de sa caméra. Elle propose une représentation du monde, bouleversée par des sons et des musiques dissociés.
Ses éclats, son audace, sa violence et sa mélancolie poétique nous confrontent à la fragilité de notre devenir. Toutes ses œuvres sont un condensé de la destinée humaine où l’artiste se joue de la métaphore car l’indicible a besoin d’arte-facts.