ART | EXPO

Everything That Rises Must Converge

24 Oct - 19 Déc 2013
Vernissage le 24 Oct 2013

L’exposition présente une installation constituée de quatre projections simultanées et synchronisées, évoquant 24 heures dans la vie de quatre acteurs de films X vivant à Los Angeles. L'artiste alterne deux modes de narration: l’un documentaire et l’autre fictionnel, mettant en scène d'autres personnages dans des situations de crise.

Omer Fast
Everything That Rises Must Converge

«Everything That Rises Must Converge» présente une installation constituée de quatre projections simultanées et synchronisées évoquant 24 heures dans la vie de quatre acteurs de films X vivant à Los Angeles et de six photographies nouvelles.

L’artiste alterne, tout au long de la pièce, deux modes de narration: en toile de fond, la caméra filme, à la manière d’un documentaire, leur quotidien; parallèlement s’insèrent dans le déroulé de leur journée des chroniques fictionnelles mettant en scène d’autres personnages dans des situations de crise. John, metteur en scène de films pour adultes, raconte les traumatismes qui l’ont amené à faire son métier, Babe, dépressive, tente désespérément d’attirer l’attention de son mari, et enfin Ana, jeune actrice, s’interroge sur le rôle qu’elle doit tenir, à travers un drame sociétal et humain.

Omer Fast joue de l’opposition entre la monotonie et le manque d’affect de l’activité journalière des acteurs de X, et les récits extraordinaires et absurdes des autres protagonistes. Une nouvelle fois, Omer Fast brouille les pistes narratives et orchestre une certaine normalité en demandant à de vrais acteurs de porno de rejouer leur vie devant nous.

Les histoires se croisent, les images se synchronisent, les textes se répondent et chaque élément converge en un point précis, à un moment donné.

Omer Fast rythme cette composition de réalités multiples dans les moindres détails, tout en ouvrant un autre champ d’expérimentation avec une place importante laissée à l’écriture et à la poésie.

Le titre de la pièce Everything That Rises Must Converge reprend celui de la nouvelle de l’écrivain américaine Flannery O’Connor (1925-1964). L’artiste s’inspire également de sa structure narrative, dans laquelle les éléments de récit se dispersent et se croisent, et reprend la liberté de parole d’une critique politique qu’elle contient. D’autres univers littéraires, telle la déclamation par Ana d’un poème de Rilke, achèvent de donner à cette nouvelle œuvre un ton étrange et parfois sombre.

On retrouve dans cette installation vidéo les éléments structurants du travail de l’artiste: le format de l’interview et la valeur relative du témoignage, l’ambiguïté suggérée entre subjectivité et véracité, les correspondances en simultané aussi bien dans l’effet visuel que dans le contenu du montage, la tension permanente entre une réalité collective et la sphère privée et intime.

Ce que l’on ne peut raconter ou représenter produit chez Omer Fast autre chose, un ailleurs.

Il poursuit ici son travail de décryptage et d’autopsie du moment où l’expérience du réel devient mémoire subjective, puis matériau d’un récit ambivalent et fait œuvre.