ART | EXPO

État d’âmes

31 Mar - 09 Mai 2010
Vernissage le 30 Mar 2010

En intégrant tradition et contemporanéité, les artistes turcs réunis ici expriment avec force leur appartenance au monde d’aujourd’hui à travers des oeuvres protéiformes qui brisent les frontières et nourrissent une réflexion sur l’art, sur le monde, la société, la religion, la sexualité…

Communiqué de presse
Nevin Aladağ, Canan, Extramücadele, Nilbar Güreş, Berat Işık, Bengü Karaduman, Ahmet Öğüt, Şener Özmen, Tayfun Serttaş, Erinç Seymen, Cengiz Tekin, Güneş Terkol, Irem Tok, Vahit Tuna, Deniz Ünal, Aurélie Gelade & Coralie Maurin
État d’âmes

Exposition organisée dans le cadre de la saison de la Turquie en France

L’Ecole nationale supérieure des beaux-arts organise, chaque année, une exposition mettant en scène le travail de jeunes artistes de la scène internationale offrant ainsi à son public l’opportunité de découvrir les mouvances d’artistes étrangers. Après la Russie, la Pologne, l’Inde, la Finlandeet Taïwan, c’est la Turquie qui sera présentée pour une exposition qui se tiendra dans les galeries Melpomène et Foch de l’Ecole au printemps 2010.

La Turquie aux confins de l’Occident et de l’Orient est, par sa situation géographique, son histoire, sa mosaïque culturelle et ethnique complexe, le territoire d’une production artistique prolifique et résolument contemporaine.

En réaction aux changements politiques de 1980 et aux modifications socioculturelles des années 1990, la jeune génération des artistes turcs, s’approprie le riche passé culturel du pays, tout en explorant les formes les plus audacieuses et les plus expérimentales de l’art international actuel.

Ce sont les principes antagonistes tels que Orient et Occident, individualité et globalité, création et destruction, qui nourrissent une réflexion sur l’art, sur le monde, la société, la religion, la sexualité…. En intégrant tradition et contemporanéité, les artistes expriment avec force leur appartenance au monde d’aujourd’hui à travers des oeuvres protéiformes qui brisent les frontières.

L’exposition mettra en avant les particularismes de cette jeune génération artistique, si proche et si lointaine en même temps. Elle présentera une sélection d’artistes pluridisciplinaires travaillant dans des régions très variées comme celle d’Istanbul, d’Izmir, d’Antakya ou de Diyarbakir.

Le point de départ, de l’exposition est une oeuvre de Canan Senol réalisée en 2000 à Istanbul … Nihayet içidesim: … Enfin tu es en moi. L’artiste a installé sur la façade du lieu d’exposition une importante enseigne lumineuse où l’on pouvait lire en turc: Enfin tu es en moi (nihayet içidesim) précédé de trois points de suspension.

Evoquant dans un premier temps l’acte sexuel, la phrase (l’oeuvre) prend un autre sens lorsque que l’on apprend que l’artiste a réalisé sa pièce étant enceinte. Le sens de la citation prend alors une tournure différente. La perception d’ordre sexuel disparaît au profit d’une image évoquant la femme et la maternité. Par le biais de cette double lecture, l’oeuvre de Canan Senol pose la question des préjugés qu’ils soient sociaux, religieux, ou moraux.

Quelles sont nos idées reçues vis-à-vis de la Turquie ? Comment aborder et percevoir l’espace intime d’un pays en laissant de côté nos idées préconçues ? L’exposition tentera d’explorer, la singularité et la proximité de cette culture révélant ainsi combien le langage de l’art abolit les frontières.

Cette exposition sera aussi l’occasion d’apporter un éclairage sur les questionnements de la scène artistique turque (Kémalisme, occidentalisation/orientalisation, militarisme, épuration/nationalisation…).

L’énergie de la création attire l’oeil de manière souvent radicale. Par sa scénographie, le projet démontrera que la richesse et l’engagement esthétique présents dans les contenus se trouvent également dans la forme.

Les artistes seront principalement sélectionnés par rapport à la transversalité de leur oeuvre de manière à couvrir le plus largement possible le champ de la diversité de leur(s) territoire(s). Les médiums privilégiés sont la performance, la photographie, la vidéo, le dessin, la peinture, l’installation, le livre…

Ce projet d’exposition est assorti d’une oeuvre imaginée par Coralie Maurin, étudiante en cinquième année des Beaux-arts de Paris et Aurélie Gélade diplômée de l’Ecole de Cergy. A l’aide de ce document traditionnel de médiation qu’est l’audioguide, ce duo d’artistes souhaite créer une oeuvre sonore à l’intention des visiteurs de l’exposition.

Cette oeuvre, que le visiteur pourra prendre avec lui via des lecteurs MP3 au gré de sa visite de l’exposition, restituera les prises de sons (voix, bruits de fond, conversations…) faites à Istanbul dans les ateliers des artistes puis mixées. L’idée est d’offrir au visiteur la restitution originale d’un environnement sonore et poétique à l’oeuvre qu’il contemple.

Au final, le projet réunit environ vingt-cinq artistes de la jeune génération, et occupe les salles Melpomène et Foch (900 m2 environ).

Commissaire: Yekhan Pinarligil
Conseillère artistique: Christine Van Assche
Scénographie: Eric Féloneau

Vernissage
Mardi 30 mars 2010. 18h-21h.

Informations pratiques

Ouvert du mardi au dimanche de 13h à 19h.
Fermeture le 1er mai 2010.

Publication
Un catalogue sera publié à cette occasion par les éditions des Beaux-arts de Paris.