DANSE | SPECTACLE

Et mon cœur a vu à foison

05 Mar - 07 Mar 2014
Vernissage le 05 Mar 2014

Pléiades résonnait encore dans Chaillot qu’Alban Richard répétait déjà sa prochaine création: Et mon cœur a vu à foison. La musique n’en est pas absente, le théâtre non plus d’ailleurs, et c’est dans un corpus iconographique puissant —Fra Angelico, Bruegel, Dürer, Goya— que le chorégraphe a puisé ses modèles pour une danse des corps frénétique.

Alban Richard, Ensemble l’Abrupt
Et mon cœur a vu à foison

Artiste en résidence
Création à Chaillot

En 2009, dans un duo de femmes intitulé Luisance, Alban Richard s’intéressait à la représentation des corps féminins à travers l’Histoire. Cette magistrale composition, alliant la transe à la statuaire, s’inspirait de l’iconographie des hystériques de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière et des extases religieuses dans la peinture et la sculpture baroque.

Et mon coeur a vu à foison prône le désordre. Captant les gestes en clair-obscur, cette nouvelle création aborde le corps et le mouvement hors mesure. «Charrier des visions, des images» et autres «scènes de dévastations infinies» à partir de thèmes comme le Jugement dernier, la sorcellerie, la folie: c’est le défi que se sont donné le chorégraphe et ses complices de création.

Pour traiter de ce débordement, Alban Richard a choisi onze interprètes, exclusivement masculins. La pièce emprunte au rituel, à la transe, aux histoires de fantômes, mais aussi aux théâtres étrangers où les hommes jouent des rôles féminins. Dans ce chambardement où affluent démons et transfigurations, surgit un autre monde sensible dont le corps dansant est le révélateur. (Irène Filiberti)

Une soirée chorégraphique, musicale et théâtrale

Conception, chorégraphie et mise en scène:
Alban Richard
Lumières: Valérie Sigward
Musique: Robin Leduc
Son: Félix Perdreau
Costumes: Corine Petitpierre
Confection des costumes: Anne Tesson et le service habillement du Théâtre National de Chaillot
Assistante chorégraphique: Daphné Mauger
Conseillère en analyse fonctionnelle du corps dans le mouvement dansé: Nathalie Schulmann

Matériel textuel issu des œuvres:
Le Miroir des âmes simples anéanties de Marguerite Porete
The Digby Play, anonyme anglais 14e siècle
Macbeth de William Shakespeare
E.Mix d’Alban Richard

Avec Romain Bertet, Jean-Baptiste Bridon, Arnaud Cabias, Nicolas Chaigneau, Cédric
Cyprien, Max Fossati, Massimo Fusco, Yannick Hugron, Sylvère Lamotte, Robin Leduc,
Julien Touati

Informations
Salle Jean Vilar
Mercredi 5, jeudi 6, vendredi 7 mars 2014 à 20h30