DESIGN | CRITIQUE

Esthétique Médiatique

PFèriel Bissekri
@11 Avr 2008

Comme un cabinet de curiosités, un foisonnement d’objets étranges ou familiers,  l’exposition « Esthétique médiatique » se propose de retracer un siècle d’histoire du design en matières d’information et de communication.

Après l’exposition « Esthétique domestique » du Musée des beaux-arts de Gent (Belgique), le Musée des années 30 de Boulogne Billancourt propose « Esthétique médiatique », qui présente également des objets issus de la collection de Jean-Bernard Hebey. Ce dernier, homme de radio, présentateur dans les années 60 de la fameuse émission  » Salut les copains » et actuellement chroniqueur sur France Culture, a accumulé durant une trentaine d’années près de 5000 objets de design industriel provenant d’Europe et des Etats-Unis. L’exposition « Esthétique Médiatique » sélectionne dans cette collection 350 pièces, choisies pour leur qualité esthétique et leur fonction spécifique d’objets de communication.

Trois thématiques jalonnent le parcours du visiteur : « voir/écrire/décrire/lire/regarder », « entendre/ parler/ chanter/ écouter » et enfin « l’ordinateur ». De la célèbre machine à écrire portative rouge Valentine pour travailler vite et partout (Ettore Sottsass et Perry King, 1969) à la camera ronde comme une bobine de film dessinée par Norbert Schlagheck (1981) en passant par l’insolite Juke-box (Eden Ami) (1961),  l’indémodable Bic cristal de Marcel Bich (1950) ou encore le premier ordinateur commercial de l’histoire (modèle Ferranti Mark I, 1951), l’exposition présente une accumulation d’objets (c’est le but de toute collection) où le téléviseur des années 30 côtoie celui des années 90.

Celle-ci retrace avec précision l’histoire d’objets produits à des millions d’exemplaires dont la fonction est de communiquer. « Communication » et « production en masse », voilà bien les maîtres mots de Jean-Bernard Hebey. Il nous propose ainsi de réfléchir sur ce qu’il nomme « la culture populaire » et qu’il définit ainsi :  » La Culture Populaire c’est quoi ? C’est tout ce qui a été vu, entendu, lu ou vécu par le plus grand nombre, à travers le monde. C’est le point commun qui unit les hommes (…).Un paysan mexicain, un représentant français, un ingénieur finlandais et un mécanicien américain ont tous des références communes : Levi’s, Coca Cola, Madonna, Zidane, James Dean, Internet etc.  »

— Télévision Sharp, 1950. Japon.
— Eden Ami, Juke-box,1961, France.
— Oscar Schlemmer, Tourne-disque Odéon (système de reproduction Vadasz), 1928.
— Hugo Blomberg, Ralph Lysell, Gësta Tharmes, Téléphone L.M Ericsson Cy, 1956, Suède.
— Philippe Charbonneaux, Télévision Téléavia, 1956, Italie.