LIVRES | MONOGRAPHIE

Estefania Penafiel Loaiza. Fragments liminaires

Marc Lenot, auteur du blog Lunettes rouges, a exposé en 6 minutes 40 et vingt images (selon le format du PechaKucha) la pertinence et l’intérêt, la singularité de l’œuvre d’Estefanía Peñafiel Loaiza. Il édite et cosigne la monographie de l’artiste équatorienne que publient les Presses du réel.

Information

Présentation
Marc Lenot (dir.), Lupe Alvarez, Raphael Cuir, Nathalie Giraudeau
Estefanía Peñafiel Loaiza. Fragments liminaires

Pour son exposition «L’espace épisodique» au Crédac à Ivry-sur-Seine en 2014, il est significatif qu’Estefanía Peñafiel Loaiza ait souhaité que l’horloge de l’ancienne Manufacture des Œillets, qui n’avait plus vraiment fonctionné depuis la fermeture de l’usine à la fin des années 1970, soit réparée. Il est non moins significatif qu’elle ait fait œuvre du processus même de réparation en réalisant un triptyque vidéo: Remontages (Ivry-sur-Seine, avril 2014). En remettant en fonction cette horloge, Estefanía Peñafiel Loaiza rend au lieu, figé dans le passé d’une activité et d’une intensité révolues, un ici et maintenant. Elle en réactive la mémoire à partir de son présent, et le sort de sa nostalgie.

Dans l’œuvre d’Estefanía Peñafiel Loaiza on perçoit un souci des seuils, de la ligne de partage entre les espaces – elle vient de l’Équateur. Ce souci se traduit aussi ailleurs par une attention à la limite entre le perceptible et l’imperceptible, ce qui fait dire à Marc Lenot: «La première pièce d’Estefania Peñafiel L. que j’ai vue, je ne l’ai pas vue», une attention aussi à la persistance et l’effacement, la mémoire et l’histoire avec les lacunes qui passent de l’une à l’autre.

L’absence est constitutive de l’intriguante série de photographies «Un air d’accueil» que présentait le Centre photographique d’Île-de-France à Pontault-Combault. Elle y était accompagnée d’un choix d’œuvres témoignant de la diversité des moyens utilisés par l’artiste afin qu’ils traduisent toujours ses intentions de la manière la plus juste et la plus précise possible. L’élégant titre de cette exposition «Fragments liminaires» renvoie au seuil, une notion cruciale à cette œuvre.
Raphäel Cuir

Née en 1978, en Équateur, Estefanía Peñafiel Loaiza vit et travaille à Paris depuis 2002.

Marc Lenot a exposé en 6 minutes 40 et vingt images (selon le format du PechaKucha) la pertinence et l’intérêt, la singularité de l’œuvre d’Estefanía Peñafiel Loaiza. Il publie depuis dix ans un blog de référence sur l’art contemporain, Lunettes Rouges, sur le site internet du Monde.

Sommaire
— Estefanía Peñafiel Loaiza: Politique et poétique de la disparition
— Regarder ailleurs, regarder différemment, regarder encore…
— Œuvres/Works/Obras
— Liste des œuvres
— Estefanía Peñafiel Loaiza – Biographie