ART | EXPO

Estampes, sculptures

23 Mar - 11 Juin 2012
Vernissage le 23 Mar 2012

Plein de magie, le travail de Markus Raetz n’est pas dû au hasard, tout est calculé au millimètre prêt, un véritable travail d’horloger. Ses œuvres ludiques, d’une poésie incroyable, nous enchantent, nous émerveillent, nous amusent et nous permettent de retrouver notre regard d’enfant.

Markus Raetz
Estampes, sculptures

La figure et le visage, le paysage, les mots, la trame et la trichromie, la géométrie et l’amour sont autant de thèmes chers à Markus Raetz. Les 200 pièces de l’exposition font découvrir l’œuvre gravé, rarement montré, de cet artiste suisse polyvalent. Peintre, sculpteur, photographe et dessinateur, il aime à créer des œuvres d’art où la métamorphose et l’anamorphose occupent une place centrale, jouant des confusions entre réel et visuel. «Cette exposition est l’occasion de présenter la richesse et la diversité de l’oeuvre gravé de cet artiste majeur de la création contemporaine qui vient de consentir une généreuse donation, destinée à compléter les collections de la Bibliothèque nationale de France» déclarait Bruno Racine, président de la BnF à l’ouverture de sa première présentation à Paris du 8 novembre 2011 au 12 février 2012.

Cette présentation est renouvelée au MUba de Tourcoing, et c’est l’occasion de repenser la salle spécifique que ce musée de beaux-arts et d’art contemporain a consacré à cet artiste au sein de ses collections permanentes depuis 1994. Markus Raetz réalise depuis plusieurs décennies, des installations, des photographies, des sculptures qui ont pour point commun d’interroger et de déstabiliser notre façon de regarder. Il aime à renverser les couples plein/vide, reflet/réalité, courbe/contre-courbe, ombre/lumière. Cette recherche le conduit à des anamorphoses, des jeux de miroir, explorant l’ambivalence de la vision, la modification de la perception, selon le point de vue. Il appartient au spectateur, par son regard, de (re)donner sens à la forme que l’artiste a déconstruite et, comme il le dit lui-même: «ce qui m’importe, c’est le mouvement qu’on fait autour de l’oeuvre, les différentes perceptions qu’on a en fonction de notre évolution dans l’espace». Le mouvement et la perspective confèrent au travail de Markus Raetz un caractère expérimental, ludique et métaphysique à la fois.

L’exposition, riche de nombreuses estampes, dessins, carnets et d’une dizaine de sculptures, met plus particulièrement en lumière l’extrême diversité de son œuvre gravé, car Markus Raetz pratique et fait siennes toutes les techniques de l’estampe (cliché-verre, héliogravure, pointe sèche, burin, eau-forte et aquatinte, pochoir ou encore impression à la ficelle). Le parcours est scandé par de grands ensembles gravés: le portfolio Rietveld, les gravures en trichromie du Dreifarben-Mappe, les planches pour l’illustration d’Impressions d’Afrique de Raymond Roussel, les aquatintes de NO WHERE. Un film, réalisé par Iwan Schumacher, est également diffusé en fin de parcours et emmène le visiteur dans l’intimité de l’atelier de Markus Raetz à Berne. L’exposition est accompagnée d’un catalogue bilingue français-anglais et de l’édition d’une estampe spécialement créée par l’artiste pour l’occasion, intitulée Ring.