ART | CRITIQUE

Erik Dietman. Ses années soixante

PCarine Pouvreau
@21 Jan 2008

La galerie Claudine Papillon rend hommage à Erik Dietman au travers de plusieurs pièces majeures de sa période «Objets pansés ou objets pensés», et de dessins et collages-assemblages sur papier. L’occasion de redécouvrir le travail des formes de cet artiste proche de Fluxus, passé maître dans les jeux de langage et la dérision.

Proche du Nouveau Réalisme et de Fluxus, Erik Dietman se refusera toujours à appartenir à un groupe. Electron libre, donc, parce que «deux, c’est déjà une armée». Ses amis sont Daniel Spoerri, Robert Filliou, Roland Topor, etc.

Adepte des jeux de mots et des associations libres, ses créations sont empreintes de poésie et de dérision. Dés 1959, date de son arrivée en France, Erik Dietman réalise des assemblages et collages en utilisant des matériaux hétéroclites loin de tout académisme. Vers la fin de sa vie, il réalisera d’imposantes sculptures de bronze, comme L’Ami de personne que l’on peut croiser au Jardin des Tuileries.
Tout son travail oscille entre la poésie des mots et l’expérimentation esthétique de matériaux comme la terre, le bois, le verre, le granit, le marbre, le bronze, l’acier, le fer, etc.

Mais c’est la période «Sparadrap» —  «le bronze du pauvre» — que la galerie Claudine Papillon fait redécouvrir. Erik Dietman devient de 1960 à 1967  le «roi du sparadrap», comme il se définit alors lui-même dans une posture d’autodérision.
Erik Dietman recouvre alors toute sorte d’objets avec cette bande de tissu adhésive de couleur chair rosée facilement reconnaissable. Un bandage qui dresse une frontière entre la réalité physique et la réalité mentale.
Cet enveloppement cache pour mieux révéler, car le sparadrap à la fois isole l’objet de l’environnement et en révèle la forme. Il fait mieux voir en délimitant les contours.
Erik Dietman panse alors le bois et le carton, encadre des photos, cache et masque les mots et les phrases.

Les petits formats accrochés au mur de la galerie invitent le visiteur à se rapprocher afin de plonger dans le monde d’Erik Dietman comme dans un livre, celui de la vie, et de se délecter de l’ironie provocatrice de cet artiste rabelaisien. En effet, le format du livre lui plaît comme l’indique son livre-objet Quelques M. et CM. de sparadrap. A Short Story réalisé en 1963.

Quelques objets incongrus, parfaitement exécutés, complètent l’ensemble de l’exposition tels que ces deux sacs à main qui ne s’ouvrent pas, l’un en plexiglas transparent et l’autre en pain cuit.

Entre poésie et humour, Erik Dietman nous entraîne à nouveau dans son théâtre de l’absurde et du paradoxe, où se mêlent intimement la vie, l’art et le langage.

Publications
Catalogue Erik Dietman : Eloge de l’envie, Mars 2001, Textes de : Nicolas
Bourriaud, Erik Dietman, Roland Topor, Gilbert Perlein, Edition : Nice Musées

Erik Dietman
—  Petit monument, 1960. Bande de Gaze. Diamètre. 11 x 33 cm
—  Tableau malade, 1960, Bande de Gaze. 29 x 34 x 17,5 cm
—  Soustraction, 1962, Collage sur papier. 15 x 10 cm
1 billet de 500 F recouvert avec 4 billets de 10 000 F, 1962. Pliages de billets de banques. 8,4 x 16 cm
First part of the norvegian winter Second part of the norvegian winter, circa, 1962. Collage. 29 x 21 cm
Quelques mètres et centimètres de sparadrap (Grimaud), 1962. Sparadrap sur papier journal. 21 x 28,5 cm
Coffee+Tea=Coftea, 1962. Impression sur papier. 14 x 9,3 cm
..chats, 1962. Impression sur papier. 9,5 x 14 cm
Heureux anniversaire, Quelques mètres et centimètres de sparadrap, 1963. Sparadrap sur carte postale. 13,8 x 26,5 cm
A stone covered with « Sparadrap », 1963. Collage. 29,5 x 24 cm
Made in England, France and Sweden, Quelques mètres et centimètres de sparadrap, 1963. Sparadrap sur papier. 20 x 12,5 cm (chacune)
Quelques mètres et centimètres de sparadrap A short story by Erik Dietman, 1963. Sparadrap sur livre. 21 x 15 cm
50,1 cm of Taylors Zinc Oxide Plaster BPC (made in England), Quelques mètres et centimètres de sparadrap, 1963. Sparadrap sur papier. 12,8 x 20,3 cm
43,2 cm of Taylors Zinc Oxide Plaster BPC (made in England, Quelques mètres et centimètres de sparadrap), 1963. Sparadrap sur papier. 20,2 x 12,5 cm
Sans titre, 1963. Chewing gum sur papier imprimé. 8 x 19,5 x 12 cm
One stone floating, one stone in the aquarium, 1963. Impression sur papier. 10,7 x 13,7 cm
Times, Quelques mètres et centimètres de sparadrap, 1964. Sparadrap sur papier journal. 40 x 50 cm
Quelques mètres et centimètres de sparadrap, 1965. Sparadrap sur bois et papier. 59 x 179 x 47cm
Quelques mètres et centimètres de sparadrap, 1965. Sparadrap sur carton. 20 x 38 x 38 cm
Remark on Window-Gardening, 1965-66. Plexiglas, cuir. 25 x 66 cm
Broken Marble, 1966-1968. Dessin sur papier millimétré. 66,5 x 51 cm
L’ex roi du sparadrap, Erik Dietman, 1966. Sparadrap sur papier. 25,6 x 24,2 cm
L’ex-roi du sparadrap, FT Bidlake, 1967. Sparadrap sur papier. 25,6 x 24,2 cm
Stone of here, 1967. Sparadrap, pierre, métal. 45 x 61 x 2, 15 x 25 x 22 (pierre), 220 cm (chaîne)
Geranium Lake, 1967-1971. 36,5 x 60,5 cm
Mais, 1968. Dessin sur papier millimétré. 51,5 x 66 cm
Sans titre (Sac en pain), 1969. Pain, cuir. 27 x 24 cm
Etc, Vice-Versand, 1969. Mobile, papier millimétré. 16 x 22 cm
En réflection sur Pop Art le 3 sept 1969, 1969. Dessin sur carte postale. 135,3 x 26,7 cm