ART | EXPO

Energy Storage (Quand les objets rêvent )

09 Juil - 19 Sep 2004

Des marchés de jour et de nuit, des salons de massages thaïlandais, des loteries géantes…Une diversité de médiums et de situations pour un art de l’hospitalité, comme en témoignait le «Minimal Market (Welcome 1 Euro)», présenté en 2002 au Palais. Un paysage urbain comprenant installations, photographies, mobilier réalisé en collaboration avec Moroso. Entre humour et critique acerbe de la société.

Communiqué de presse
Surasi Kusolwong
Energy Storage (Quand les objets rêvent )

Né en Thaïlande où il vit et travaille, Surasi Kusolwong est l’un des artistes les plus importants de la scène artistique asiatique actuelle. Il a participé à de nombreuses expositions internationales, dont les Biennale de Venise et d’Istanbul (2003), ainsi que la Biennale de Kwangju (2000 / 2002).
Le travail de l’artiste recouvre une grande variété de mediums, et prend des formes aussi diverses que les marchés de jour et de nuit, les salons de massages thaïlandais ou les loteries géantes ou une salle de kick-boxing. Ses oeuvres sont imprégnées d’un sens profond de l’hospitalité, de l’amusement et d’un rejet de toute forme de hiérarchie, comme l’attestent les titres Happy Berlin, Lucky Tokyo ou encore Free-For-All. Colorés et attractifs, ses projets sont autant d’expériences mémorables pour le visiteur.
Après avoir présenté lors de son ouverture en 2002 un marché de Surasi Kusolwong La-La-La Minimal Market (Welcome 1 Euro), le Palais de Tokyo organise une exposition personnelle de l’artiste, l’une des plus importantes à ce jour.

L’installation dans son ensemble se présente comme diverses scènes d’un paysage urbain, et consiste en oeuvres représentatives de son travail récent et en oeuvres réalisées in-situ. Parmi les nouvelles pièces, Paris Situation (Baby, you can drive my car), un gigantesque circuit électrique avec scooters et mini-motos, et No More Boring Art (When Objects Dream), interprétation de Kusolwong du Minimal (broken) Art. Est également présentée une version parisienne de Emotional Machine (VW with Francis Picabia), dévoilant aux visiteurs une Coccinelle VW à l’envers reconvertie en balançoire. L’exposition inclut aussi son travail photographique My Mother with her Umbrella, considéré comme une oeuvre charnière dans sa production actuelle. Par ailleurs, Surasi Kusolwong a créé d’autres pièces utilisant des meubles Moroso, un autre exemple de collaboration créative entre cet innovant éditeur italien de mobilier et le Palais de Tokyo. L’exposition vue comme un tout invite les visiteurs à expérimenter ces oeuvres non seulement conceptuellement mais aussi physiquement. Leur participation transforme l’installation en un grand «stockage d’énergie» (storage of energy).

En montrant un nombre important d’œuvres, l’exposition offre l’opportunité unique de découvrir la complexité du travail de Surasi Kusolwong, et de comprendre sa démarche artistique. Apparaissent ainsi le sens de l’indétermination et l’équilibre parfait entre l’aspect festif et une critique acérée de la société actuelle. De même, l’artiste pose la question de notre société dans le contexte culturel et économique mondial, et de ses rapports étroits avec l’esthétique occidentale moderniste.

Commissaires
Jérôme Sans et Akiko Miki.