ART | EXPO

Energodar

19 Nov - 23 Déc 2010
Vernissage le 19 Nov 2010

Entre science-fiction et documentaire, pour son nouveau projet, Louidgi Beltrame a parcouru l’Ukraine à travers cinq villes «atomgrads». Villes dortoirs, situées à proximité des centrales nucléaires, elles sont les témoins des vestiges passés de certaines conquêtes urbaines et scientifiques.

Louidgi Beltrame
Energodar

Après «Brasilia et Chandigarh», Louidgi Beltrame prolonge sa cartographie personnelle et poétique de l’architecture moderne sur le territoire de l’ex-Urss avec l’exposition «Energodar», présentée à la Fondation d’entreprise Ricard du 19 novembre au 23 décembre 2010.

Entre science-fiction et documentaire, pour son nouveau projet, Louidgi Beltrame a parcouru l’Ukraine à travers cinq villes «atomgrads». Villes dortoirs, situées à proximité des centrales nucléaires, elles sont les témoins des vestiges passés de certaines conquêtes urbaines et scientifiques.

Ainsi, Pripyat (proche de Tchernobyl), cité pilote et matrice architecturale des années 70, offre un univers fantomatique et figé tel une sorte de Pompéi contemporain. Voyage initiatique spatial et temporel, Louidgi Beltrame propose avec le film Energodar un récit visuel et sonore nourri de ses rencontres avec l’architecture et son potentiel cinématographique, la musique du groupe post-punk des années 80, Kino et Victor, le narrateur, dont la voix vient hanter cet ovni cinématographique à l’image du radar de Prypiat: le Russian woodpecker.

Film, wall drawing, gravures et dessins d’architectes composent cette exposition en quête d’une représentation possible de ce monde en suspens. De la fascination à la négation, Eta niet Lioublou (Ceci n’est pas de l’amour) comme le dit la chanson de Kino.

Autour de l’exposition
Conférence le lundi 29 novembre
Dans le cadre des «Entretiens sur l’art», Patrick Javault reviendra sur le parcours de Louidgi Beltrame. Il sera entouré du philosophe Alexandre Costanzo.