ART | EXPO

En perspective, Giacometti

17 Mai - 31 Août 2008

Autour d’un certain nombre de thèmes définis par les commissaires d’exposition, les oeuvres de Giacometti rentrent en résonnance avec le travail d’artistes contemporains internationalement reconnus.

Georg Baselitz, Michel Blazy, Fischli et Weiss, Anthony Gormley, Donald Judd, Alain Kirili, Jannis Kounellis, Annette Messager, Dennis Oppenheim, Gabriel Orozco, Javier Perez, Sarkis, Joel Shapiro, Emmanuel Saulnier
En perspective, Giacometti

Dans son bâtiment moderne, inauguré en 1970, le musée des beaux-arts de Caen, installé au cœur du château de Guillaume le Conquérant, est renommé pour sa collection de peintures, œuvres significatives du XVe siècle à l’époque contemporaine. La collection de sculptures, détruite pendant la dernière guerre, n’a pas été reconstituée rendant cette forme d’expression totalement absente, si bien que l’ouverture du musée à la sculpture prend des allures d’évènement. En effet, depuis ce printemps un parc de sculptures a été inauguré à l’intérieur des remparts du château, sous l’égide du musée, avec trois pièces modernes (Rodin, L’ Homme qui marche sur une colonne, Bourdelle, Grand guerrier, Giacometti, Grande Femme I)  et deux pièces contemporaines (Huang Yong Ping, One man, nine animals et Damien Cabanes, Sans titre) première étape d’un projet ambitieux qui doit se développer notamment avec la mise en place de commandes publiques.

C’est dans ce contexte que le musée des beaux-arts de Caen a choisi de donner à sa programmation d’expositions temporaires de l’année 2008 une place de choix à la sculpture, en consacrant  deux expositions à l’œuvre d’Alberto Giacometti. Ces manifestations, sur la proposition et avec la collaboration de la Fondation Alberto et Annette Giacometti, sont liées au dépôt de la Grande Femme I.

La première exposition, présentée dans le cabinet des estampes du musée, présentera l’ensemble des 52 eaux-fortes que  Giacometti dédia à  l’œuvre de Michel Leiris, Vivantes cendres, innommées. Ce recueil de textes poétiques, paru en 1961, évoque la tentative de suicide de l’écrivain en 1957, et est exemplaire de la façon dont l’artiste conçoit sa collaboration avec l’écrivain : l’illustration se déroule selon un procédé quasi-cinématographique, en un flux parallèle qui croise occasionnellement le texte.

La seconde exposition, ambitieuse par le choix des œuvres et par son champ d’investigation, évoquera les rapports entre Alberto Giacometti et la contemporanéité. Plutôt que de confronter l’œuvre d’un grand maître avec des artistes contemporains – le principe est devenu banal – il s’agira de mettre en évidence la façon dont Giacometti continue d’interpeller les créateurs de notre temps, et en quoi sa thématique et sa démarche restent actuelles.

Autour de thèmes définis par les commissaires scientifiques de l’exposition, Véronique Wiesinger, conservatrice en chef du patrimoine, directrice de la Fondation Giacometti, et Thierry Dufrêne, professeur d’histoire de l’art à l’Université Paris X-Nanterre, les oeuvres de plusieurs artistes contemporains entrent en résonance avec une sélection d’oeuvres de la Fondation Alberto et Annette Giacometti. L’empreinte et le modelé, l’hallucination visuelle et la déréalisation, le flux et l’entropie, la mémoire et la trace, la violence et la mort, le corps et l’énergie, la série, le fragment, les objets à fonctionnement symboliques, sont quelques-uns des thèmes retenus. Autour d’une sélection de sculptures, de peintures et de dessins de Giacometti appartenant, seront présentées des oeuvres récentes d’artistes internationalement reconnus comme Miguel Barcelo, Georg Baselitz, Michel Blazy, Anthony Gormley, Alain Kirili, Denis Oppenheim, Javier Perez ou Sarkis, venant de collections publiques et privées.

Les œuvres se déploieront  sur deux étages du musée, dans les salles d’exposition temporaires baignées par une lumière naturelle modulable ainsi que dans les salles dévolues à l’art contemporain au niveau inférieur, et dans l’atrium. Certaines pièces pourront être présentées à l’extérieur, dans le parc du château, dans les abords immédiats du musée.