DESIGN | EXPO

En Filigrane

03 Juin - 14 Juil 2015
Vernissage le 02 Juin 2015

Dans le cadre de l'événement de l'Association du Carré Rive Gauche «Métamorphoses», la Galerie Carole Decombe présente «En Filigrane», une exposition autour du verre filigrané. Le travail de Jeremy Maxwell Wintrebert sera mis en regard d’une pièce du XVIe siècle, établissant un lien clair entre une technique ancestrale et ses actualisations.

Jeremy Maxwell Wintrebert
En Filigrane

«En Filigrane» dévoile la métamorphose d’un savoir-faire élaboré au XVIe siècle à Murano et transmis en 2003 à Jeremy Maxwell Wintrebert par Davide Salvadore. La transmission, comme valeur inhérente à tout métier d’art, est bien le socle de l’évolution et de l’innovation d’une technique. Le travail de Jeremy Maxwell Wintrebert en témoigne, si les procédés n’ont que peu changé, les audaces formelles, elles, prouvent que les gestes anciens servent toujours les créations nouvelles.

Jeremy Maxwell Wintrebert est né à Paris. Jeune, il a vécu en Afrique et aux Etats-Unis, avant de revenir en France. Très tôt, tout processus créatif l’intéresse, il sait qu’il travaillera de ses mains. A l’époque, c’est surtout la peinture qui le passionne. À 19 ans, il décide de partir aux Etats-unis. C’est là qu’il découvre le verre, en entrant dans un atelier, il raconte qu’il y a vu le verre chaud — ce qu’on appelle un «cueillage» — et qu’alors il est simplement tombé amoureux. À partir de ce moment, le verre devient un guide, un vecteur dans sa vie. Il commence son long apprentissage en Californie d’abord, à San Francisco, en Floride puis à Murano et en République Tchèque.

Jeremy découvre la technique du filigrane en 2003 alors qu’il assiste l’artiste verrier Fritz Dreisbach. Puis en 2004 il travaille et complète son apprentissage à Murano, la «source» comme il l’appelle. S’il est conscient que son travail s’inscrit dans la continuité d’un savoir faire ancien, il cherche à l’ancrer dans son époque. Et s’il trouve que les décors a fili passés peuvent parfois sembler «kitch», il sait que cette technique de pointe a tout à offrir à la création contemporaine, et c’est pour lui un véritable challenge.

Comme la couture à laquelle il le compare, le filigrane est un travail délicat, c’est un assemblage minutieux de fils qui exige une grande maîtrise et grâce auquel on obtient une définition précise des lignes. Mais technique et geste ne sont pas tout, souvent même ils finissent par s’effacer et on ne voit plus que l’objet et son esthétisme. Les œuvres de Jeremy sont fascinantes, il crée des vases, des luminaires, qui existent bien au-delà de leur fonction.

En regard de la création de Jeremy Maxwell Wintrebert sera exposée également une pièce vénitienne datant de la seconde moitié du XVIe siècle. C’est une «Tazza» à décor de fili et retortoli blanc d’une grande virtuosité, confiée par Sylvie Lhermite King, expert en verre de Venise et façon de Venise, installée dans le Carré Rive Gauche depuis 2006. L’occasion de rapprocher deux œuvres en filigrane et d’apprécier ainsi la métamorphose de cette technique séculaire, toujours vivante dans les arts décoratifs contemporains qui ont su l’adapter aux recherches modernes. Le filigrane, comme le fil de soie qu’on déroule du cocon, se fait autre et dévoile les possibilités renouvelées de création.

Informations
Galerie Carole Decombe (Paris)
Du 03 juin au 14 juillet 2015

Vernissage le 02 juin à partir de 17h