ART | EXPO

EN 1150

27 Oct - 01 Déc 2012
Vernissage le 26 Oct 2012

C’est avec malice que Lionel Péneau intitule son exposition EN 1150, du nom de la norme européenne qui caractérise le gilet jaune de sécurité, signe répétitif de ses récentes productions vidéos, «véritable attentat chromatique dont s’affuble celui qui tient à garder la vie sauve».

Lionel Péneau
EN 1150

Lionel Péneau propose une exposition personnelle de ses dessins, vidéos et peinture mixte suite à la carte blanche donnée par la Galerie RDV.

Construites à partir d’une observation minutieuse et distanciée de la réalité, les œuvres de Lionel Péneau déplacent nos pratiques et convictions du quotidien: «Ma méthode de travail est d’utiliser le monde vécu, immédiat, comme médium, et ainsi je fais de mon existence une expérience conjointe à mon cadre de vie». Troublant nos attentes poétiques d’un titre d’exposition évoquant la norme européenne qui caractérise «l’attentat chromatique» qu’est le gilet jaune de sécurité, Lionel Péneau déconstruit nos normes en les déplaçant, en les rendant lisibles par une première incompréhension.

L’artiste réalise plus particulièrement des vidéos et des dessins. Ceux ci, esquissés dans un premier temps dans des carnets, se recomposent sur des feuilles de grands formats. Accumulations de figurations, ses dessins présentent des vues oniriques de paysages éthérés, de machineries fantastiques. Le vide est omniprésent, l’humain – souvent central dans ses dessins – est représenté tel un schéma. Des ajouts d’encre de chine ou encore de blanc correcteur apportent des effets de matières variés, haptiques, à ces monochromes gris quelques fois tranchés de couleurs vives.

En parallèle, les vidéos de Lionel Péneau procèdent selon une unité de temps, de lieu. L’artiste s’implique pleinement dans ses réalisations, interprétant le premier rôle. Déroutantes par leur apparente simplicité, ces vidéos amènent le spectateur à une relecture de ses habitudes. Les deux vidéos présentées sont des propositions inédites centrées autour du véhicule. Les bandes sons de ces vidéos, play-list hétéroclite ou suite d’énonciations lapidaires de l’artiste, apportent un regard étonnant à ces vidéos au cadre si travaillé.