DANSE | SPECTACLE

Empty Moves

17 Fév - 27 Fév 2015
Vernissage le 17 Fév 2015

Sur la base de l’enregistrement d’une performance de John Cage en 1977, Angelin Preljocaj a imaginé une partition chorégraphique marquée par la fluidité de mouvement, les arabesques, les portés périlleux et les gestes anguleux, dessinant un espace où la danse se suffit à elle-même. Moins spectaculaire que certaines créations du chorégraphe, Empty moves est surtout une ode au mouvement et à l'abstraction qui atteint sa forme complète après 11 années de recherche.

Angelin Preljocaj (Ballet Preljocaj)
Empty moves (Parts I, II & III)

À partir d’une performance oratoire et musicale de John Cage, Angelin Preljocaj joue, dans cette pièce pour quatre danseurs, avec la matérialité des gestes et leur déploiement dans l’espace.

«Et passe, délace, s’enchâsse ou lâche. Et passe, ressasse, à l’infini. Jamais le mouvement ne semble vouloir s’épuiser. Il court au corps à corps, se noue par instants, s’écoule en flux continu, tandis que des mots, pilés en phonèmes, malaxés en une suite aléatoire de sons, fusent à voix lente, imperturbables, dans un vacarme de huées. Créé en plusieurs parties depuis 2004, Empty Moves s’écrit en trois actes au revers de la performance Empty Words, donnée à Milan en 1977 par John Cage, qui désintégrait le texte de l’essayiste et poète américain David Thoreau pour composer une partition sonore au hasard. Suivant le même processus, Angelin Preljocaj vide les gestes de tout signifié et joue avec leur matérialité singulière, leur déploiement dans l’espace, leurs possibilités combinatoires, pour décliner les variations de sa propre syntaxe chorégraphique. Portée par quatre interprètes de haute précision, la danse ici récuse le discours; elle se délie de l’injonction du sens et ravit les sens.» Gwénola David