ART | EXPO

Emptiness, Violence and Valleys

14 Nov - 23 Déc 2009
Vernissage le 14 Nov 2009

Cette première exposition personnelle de Johannes Wohnseifer traite de la représentation du pouvoir, du vide et de l’Histoire à travers une grande variété d’oeuvres et de matériaux.

Communiqué de presse 
Johannes Wohnseifer
Emptiness, Violence & Valleys

La galerie Praz-Delavallade présente la première exposition personnelle qu’elle consacre à Johannes Wohnseifer. A cette occasion, l’artiste investit les deux espaces de la galerie avec une nouvelle série de peintures, sculptures et oeuvres sur papier.

«Emptiness, Violence & Valleys» fonctionne comme une suite aux expositions présentées au Sprengel Museum de Hanovre en 2003 et à la galerie Casey Kaplan à New York en 2008. Ces deux expositions antérieures traitaient de la représentation du pouvoir, du vide et de l’Histoire à travers une grande variété d’oeuvres et de matériaux.

L’exposition débute avec quatre nouvelles peintures de grand format qui sont des combinaisons de peintures murales se profilant derrière des plaques d’aluminium perforées. Toutes ces oeuvres «Untitled» (Sea, Forest, Desert et Sunset) peuvent être appréhendées comme des abstractions colorées (proche des peintures sur textile de Blinky Palermo) mais elles se réfèrent également par leurs titres à l’idée de peinture de paysage.

Dans la seconde pièce, la série éponyme «Emptiness & Violence III» se compose de sept peintures de portrait trouvées, réalisées en Allemagne entre 1933 et 1945. Chacune d’entre elles a été réalisée par un amateur ou un artiste inconnu. Ensemble, elles forment une constellation de personnages comme un portrait de famille imaginaire. Installées sous des caissons de Plexiglas jaune fluorescent, elles forment un panorama de l’allemagne nazie qui est comme une suite de la série de peintures de paysages de cette période présentée en 2008 à New York.

Dans la même salle, un ensemble de cinq sculptures se référant au paysage tout autant qu’au vide des modèles économiques est également présenté. Bien qu’elles aient l’apparence de socles blancs et vides, elles représentent en réalité des modèles topographiques de vallées. L’idée romantique de ce type de paysage a beaucoup évolué depuis que leur image est de plus en plus utilisée comme métaphore du déclin économique.
Une série de dessins, photographies et collages reprenant les thèmes de l’exposition sera présentée dans le second espace de la galerie, rue Duchefdelaville.

En mélangeant fiction et réalité, références précises et allusions déformées, Wohnseifer met en exergue la signification contextuelle inhérente à la perception visuelle afin de créer un ensemble où les idées, les symboles, associations libres et interpénétrations des sens se mettent en place.

critique

Emptiness, Violence and Valleys