ART | EXPO

Elio Tisi

05 Juin - 17 Juin 2017

L’exposition « Elio Tisi » à la galerie marseillaise du Tableau met en lumière le lien entre photographie et peinture chez l’artiste italien. A travers les images produites par les miroirs, elle ouvre une interrogation sur le statut de l’art et de l’artiste.

L’exposition « Elio Tisi » à la galerie du Tableau, à Marseille, mêle photographie et peinture de l’artiste italien qui vit et travaille dans la cité phocéenne. L’accrochage souligne l’importance chez celui-ci des photographies et des dessins dans l’élaboration de la peinture.

Elio Tisi : une démarche picturale nourrie par la photographie

La pratique picturale d’Elio Tisi repose sur un minutieux travail par étapes qui repose sur d’autres médiums : la photographie et le dessin. Les trois disciplines sont chez lui liées et le tableau, plus qu’un aboutissement, constitue la reprise d’un thème, à la manière des répons dans les chants liturgiques.

Les tableaux d’Elio Tisi, s’ils sont l’issue de sa démarche, portent en eux les photographies et dessins mêlés qui ont été les éléments indispensables à leur création. Ils ne les effacent pas car chez Elio Tisi, les étapes sont aussi cruciales que la conclusion et constituent pour ainsi dire des œuvres en elles-mêmes. C’est pourquoi l’exposition présente quatre photographies en regard du portrait d’une photographie.

Les images en miroir d’Elio Tisi interrogent le statut de l’art

De cette façon, les œuvres d’Elio Tisi réaniment le débat autant scientifique que philosophique sur le statut des images qui sont produites par des miroirs. Ces images ont-elles une existence propre ou ne sont-elles que des reflets, c’est à dire des semblances d’autres images ? Plus globalement, elles ouvrent un questionnement sur le statut de l’art. Le miroir est en effet le parfait symbole de la fiction et de l’imagination. Si l’art est la production d’images en miroir, d’illusions et de contrefaçons, l’artiste devient le rival de Dieu.