ART | EXPO

Elevée(s) en galerie

22 Mai - 28 Juin 2013
Vernissage le 22 Mai 2013

L’exposition est pensée comme un tout animal-homme-végétal. Maria Loura Estevão met en miroir l’homme et son environnement dans une installation composée de poules, de plantes, d’objets, de vidéos et de performances

Maria Loura Estevão, Laurent Suchy
Elevée(s) en galerie

«Pourquoi une lampe ou une maison sont-ils des objets d’art et non pas notre vie?»
Michel Foucault

C’est au cours de sa résidence à Yvetot que Maria Loura Estevão a développé ce projet intitulé Élevée(s) en galerie. Elle y fait le parallèle entre les deux sens du terme «élever», et entre le monde humain et le monde animal. Ici, au lieu d’être élevées en batterie, les poules sont accueillies dans une galerie. Elles sont choisies et considérées non comme des objets de la consommation industrielle mais comme des êtres à part entière pour lesquels un nouvel environnement a été créé.

Leur présence remet en question notre rapport à l’animal et à l’Autre. Le dispositif créé pour ces poules au rez-de-chaussée de la galerie reproduit les conditions d’une «société». Dans cette société, on a 4 poules de Marans, 1 poule Araucana pour 4 lieux de ponte. Maria propose aux poules un lieu commun soit le perchoir, le poudroir et la cantine, ainsi que des nids individuels en forme d’œufs.

À l’origine du projet artistique de Maria Loura Estevão, il y a une itinérance personnelle où il est avant tout question d’assimilation. Assimiler l’Autre, absorber un autre pays, une autre langue, d’autres usages. Être assimilée, se fondre, s’intégrer, immigrer, un parcours qui est mis en perspective avec celui de l’animal en général et de la poule ici en particulier.

Maria Loura Estevão a souhaité inviter l’artiste Laurent Suchy dans sa recherche. S’appuyant sur son vocabulaire plastique, celui-ci a créé des œuvres qui s’inscrivent dans l’espace de la galerie, en faisant écho aux propos de Maria Loura Estevão. Des formes primaires et des concepts ludiques, qui revisitent l’œuf, la cellule biologique…

Laurent Suchy imagine et illustre ce monde, identique au nôtre, mais qui s’inspire des stéréotypes de la ferme et du jardin, tels qu’ils sont représentés et proposés dans les jeux pour enfants. Incongrues ou absurdes, ces créations participent aux fondations de la «basse-cour» fantasmée.

Maria Loura Estevão est née au Portugal et vit et travaille à Paris. Elle s’intéresse à explorer une pratique que l’ethnologue place à la croisée des pratiques familiales et culturelles et plus précisément autour de l’animalité.

Laurent Suchy est né en 1968 en Moselle, il vit et travaille à Paris. Son travail s’inspire de cette brèche entre réalité et imaginaire, un «espace potentiel», spécifique à l’enfance, d’où il puise son inspiration.

Vernissage
Mercredi 22 mai 2013 à 18 h