PHOTO | EXPO

Drive In

01 Oct - 31 Oct 2014
Vernissage le 01 Oct 2014

Cette exposition collective sur le thème de la voiture montre l’approche de ce sujet par une vingtaine d’artistes, des années 50 à nos jours. Pour les photographes, les voitures sont tour à tour des éléments du décor, des sculptures avec leur esthétique moderne mais aussi des petits théâtres en mouvement.

Mario A., Evgen Bavcar, René Burri, Chien-Chi Chang, Xavier Dauny, Elliott Erwitt, Daniel Frasnay, Leonard Freed, Andreas Fux, Michael von Graffenried, Claudia Imbert, Simone Kappeler, Jason Langer, Xavier Lambours, Philippe Monsel, Inge Morath, Loan Nguyen, Louis Stettner, Peter Suschitzky, Sam Shaw, Arthur Tress, Burk Uzzle
Drive In

Symbole du rêve américain, de l’évolution de la classe moyenne et de l’individualisme à travers tout le XXe siècle, la voiture apparaît fréquemment dans les photographies. Avec l’apparition de la Street Photography, la voiture devient omniprésente. Photographiée non seulement comme un moyen de transport à travers les rues bondées des villes ou sur des routes désertiques, mais aussi comme refuge de l’intimité dans l’espace public, c’est un lieu fermé, où les gens parlent, mangent, dorment, s’aiment, comme dans une maison constamment mobile.

Pour les photographes, les voitures sont des éléments du décor, des sculptures avec leur propre esthétique moderne, des fenêtres qui font écho au viseur de l’appareil photo, mais aussi des petits théâtres, constamment en mouvement. La voiture finit par appartenir à un imaginaire cinématographique et devient un sujet à part entière pour ses qualités esthétiques mécaniques et la symbolique de vitesse, de puissance et de liberté qu’elle véhicule.

A l’époque de la grande dépression, les voitures, grandes et imposantes, sont déjà un symbole dans le paysage américain et Elliott Erwitt photographie ces rêves sur roues avec son sens de l’humour habituel, une certaine candeur et beaucoup d’ironie.

Quand le photographe suisse Robert Frank, grâce à une bourse du Musée Guggenheim, conduit sa voiture à travers l’Amérique pendant deux ans au début des années 50, il voyage avec sa famille. L’image de sa femme Mary et de leurs deux enfants, totalement épuisés et à moitié endormis dans la voiture, est une image emblématique de l’histoire de la photographie.

Lorsque René Burri se rend au Brésil pour documenter la construction des villes modernes, une de ses photographies les plus spectaculaires, Sao Paulo 1960, montre la circulation aux heures de pointe sur une rue très fréquentée.

Simone Kappeler, une autre photographe suisse, voyage à travers l’Amérique en 1981, 30 ans après son compatriote Robert Frank. Elle prend des photos avec un Hasselblad, un Polaroïd et des appareils bon marché, comme le Diana. Elle voit l’Amérique en couleurs, influencée par les films et la photographie américaine. Traversant l’ouest au volant d’une Gran Torino, elle montre sa fascination pour ce pays construit autour d’une culture de la voiture, tellement éloigné de ce qu’elle connaissait en Suisse.

Pour Jason Langer ou Andreas Fux, les voitures sont les éléments d’une vision vintage et élégante de la ville qui s’exprime dans leurs images en noir et blanc, tandis que pour Xavier Dauny leur absence amène un questionnement conceptuel à propos du paysage.