ART | EXPO COLLECTIVE

Double je, artisans d’art et artistes

24 Mar - 16 Mai 2016
Vernissage le 24 Mar 2016

Quel est le point commun entre un artiste, un artisan d’art et... un criminel ? Le goût du détail, assurément ! C’est ce parallèle qu’établit l’exposition «Double Je»  au Palais de Tokyo, mettant en scène des œuvres réalisées en collaboration entre artistes et artisans d’art, autour d’une intrigue policière imaginée par Franck Thilliez.

AGENDA / ART
Jean Bedez, Pascale Consigny, Jean-Alain Corre, José Eon, Thibault de Gialluly, Mathias Kiss, Eudes Menichetti, Janaina Mello Landini, Jorge Molder
Double je, artisans d’art et artistes

Inédite dans sa forme, l’exposition «Double Je» l’est également dans sa conception et dans ses modalités de diffusion. Elle s’est appuyée sur le thème populaire du polar pour explorer de manière originale le dialogue possible entre art et artisanat d’art. Partant du postulat qu’un artisan d’art, un artiste et un criminel ont cette même fascination obsessionnelle du détail, l’exposition plonge dans le quotidien et l’intimité des métiers d’art, tout en racontant l’intrigue policière imaginée par Franck Thilliez.
L’intrigue met en scène deux artisans dont les œuvres sont étrangement similaires et qui pourtant sont loin de rencontrer le même succès. La tension monte autour de cette mystérieuse conformité des œuvres et de la rivalité étouffante qu’elle génère, qui sera poussée jusqu’au meurtre…

Parmi les œuvres, les objets et les pièces de mobilier qui constituent l’exposition, figurent une vingtaine de commandes réalisées en collaboration entre des artistes et des artisans d’art. On trouve notamment une moto ornée par un plumassier, des photos décorées par une brodeuse, un paravent en bois sculpté et peint par un artiste, des vases générés par le son de la voix, une dague en acier damassé dont le manche est un moulage de vertèbres de serpent…

À la différence d’une scénographie traditionnelle, celle de l’exposition représentera les ateliers ainsi que les lieux de vie de deux artisans d’art, et le décor d’une scène de crime. Le contexte de cette scène est celui de l’artisanat d’art de pointe, proche des nouvelles technologies. Dans ce décor, chaque objet présenté est une oeuvre d’art ou de design, tout en constituant un indice amenant le visiteur à reconstituer le scénario du crime et à tenter d’en résoudre l’énigme.

Vernissage

Jeudi 24 mars 2016