ART | EXPO

Donald Judd

06 Avr - 15 Juin 2019
Vernissage le 06 Avr 2019

L’exposition « Donald Judd » à la galerie Thaddaeus Ropac, à Paris, réunit des œuvres phares de l’artiste américain, en mettant l’accent sur ses sculptures au sol et murales. Des œuvres guidées par un empirisme pragmatique qui rompent avec les conventions de la sculpture moderne et visent à montrer la réalité physique sans l’adapter ni la contredire.

L’exposition « Donald Judd » à la galerie parisienne Thaddaeus Ropac revient sur la carrière de ce plasticien américain disparu en 1994 et considéré comme l’un des artistes les plus influents de l’après-guerre. Ses sculptures sont porteuses d’un vocabulaire visuel unique qui rompt avec les conventions de l’ensemble du champ moderne de ce médium. On redécouvre des œuvres non-représentationnelles qui n’existent que par leur propre présence physique.

Flavin Judd, commissaire de l’exposition « Donald Judd » à la galerie Thaddaeus Ropac

Cette première exposition de Donald Judd en France depuis presque vingt ans a pour commissaire le propre fils de l’artiste, Flavin Judd. Ce dernier a sélectionné plusieurs des œuvres majeures de son père qui témoignent de trois décennies de création, de 1963 à 1993, d’une recherche permanente sur la nature de l’espace, de la matière et de la forme, et enfin de la place centrale occupée par la couleur dans l’œuvre de Donald Judd.

Donald Judd : une sculpture non-représentationnelle guidée par l’empirisme

L’exposition présente ainsi des œuvres phares comme l’une des premières pièces au sol créée par Donald Judd en 1963, montrée pour la première fois en France et qui marque son passage de la peinture à la sculpture. Une monumentale œuvre murale de la série des Progressions côtoie une vaste pièce au sol en aluminium et acrylique, plusieurs œuvres murales rectangulaires réalisées en 1991, un ensemble de gravures sur bois et un autre de quinze aquatintes, des sérigraphies et le Plywood Bench 76, exemple du mobilier créé par Donald Judd.

Donald Judd a révolutionné la sculpture moderne

En octroyant une large place aux sculptures au sol et murales, l’exposition rend compte de la façon particulière dont Donald Judd a utilisé des matériaux industriels comme l’aluminium, le contreplaqué et les plaques d’acrylique. La démarche de l’artiste était guidée par un empirisme pragmatique qui l’a mené à rompre avec l’approche traditionnelle de la sculpture en se concentrant sur le volume, la simplicité et la clarté de la forme et en utilisant les matériaux seulement « pour ce qu’ils sont, pour les qualités qu’ils possèdent ».