PHOTO

Domaine d’un rouge-gorge/Sculpture 1969

Le travail de Jan Dibbets porte sur les questions liées à la structure de la photographie, aux mécanismes de la perception et à la notion de point de vue. Domaine d’un rouge-gorge/Sculpture 1969 est le livre accompagnant une installation réalisée dans un parc d’Amsterdam en 1969, mettant en scène un oiseau observé et photographié par l’artiste.

Information

Présentation
Jan Dibbets
Domaine d’un rouge-gorge/ Sculpture 1969

Domaine d’un rouge-gorge/Sculpture 1969 est le livre d’une installation réalisée dans un parc d’Amsterdam en 1969, mettant en scène un oiseau observé et photographié par Jan Dibbets.

Très tôt dans son parcours, Jan Dibbets utilisa l’appareil photographique pour porter un point de vue sur le monde différent, expressément monoculaire, que ce soit de façon littérale dans ses «corrections de perspective», ou par d’autres moyens comme dans les panoramas photographiques qui ont donné lieu à la série des Montagnes hollandaises.

En même temps, il développait le concept de Domaine d’un rouge-gorge/Sculpture, une de ses «nombreuses idées en rapport avec notre écosystème, un mot qui existait à peine à l’époque». Le texte du livre décrit comment Jan Dibbets s’est familiarisé avec les habitudes du rouge-gorge en lisant un livre sur le sujet, même s’il n’était «pas intéressé par les faits biologiques» mais plutôt par «les frontières des arts visuels».

L’idée de Jan Dibbets était d’associer cette compréhension nouvelle des habitudes du rouge-gorge à sa conception du dessin dans l’espace et à son désir de visualiser des systèmes écologiques. Il perçut toutefois «qu’il n’était pas possible de la partager avec d’autres», jusqu’à ce que «l’idée du livre se présente», s’imposant comme un moyen adéquat.

En 1969, il avait travaillé avec le galeriste et éditeur Seth Siegelaub: «J’en ai parlé à Seth. Il fut tout de suite très enthousiaste et dès que je lui remis l’ensemble du matériel, il s’occupa de tout. Je n’ai travaillé qu’avec Seth.»

Ainsi a vu le jour cet exemple de livre qui est aussi une œuvre d’art, la compréhension de la totalité de l’œuvre n’étant possible qu’au moyen du livre de l’artiste.

Domaine d’un rouge-gorge/ Sculpture 1969 est le 6e titre de la collection «Reprint», qui se propose d’abriter la réédition d’un certain nombre de livres d’artistes parus depuis le début des années 1960 et dont les auteurs comptent maintenant parmi les figures pionnières de l’histoire de l’art contemporain.

«Début mars 1969, je me suis proposé d’intervenir sur le territoire d’un rouge-gorge de manière à ce que l’oiseau vole dans/contrôle mon dessin/sculpture. Un dessin/sculpture qu’on ne peut jamais voir dans sa totalité, seule la documentation utilisée permet, par la pensée, d’en reconstruire la forme.

Pour mener à bien ce projet, qui me semblait relever du domaine du possible, j’ai lu un certain nombre de livres (entre autres The Territorial Imperative de Robert Ardrey et The Life of the Robin de David Lack) jusqu’à suffisamment cerner les possibilités. J’entendais métrer le territoire, photographier mon intervention, etc. Le schéma/idée consistait à modifier/agrandir le territoire selon une forme qui me plaise. Les faits biologiques ne m’intéressent pas, mes pensées naissent de ma fréquentation des zones frontières entre les arts plastiques.

Cela fait, j’entendais tracer à même le sol la forme du nouveau territoire comme s’il s’était agi d’un dessin, au moyen de petits bâtons. La sculpture est le mouvement de l’oiseau entre les points ainsi fixés. Cette œuvre fait partie d’une série relative à la visualisation de systèmes écologiques, conçu et réalisée en 1969.»
Jan Dibbets