PHOTO | EXPO

Disorder

09 Sep - 31 Oct 2015
Vernissage le 08 Sep 2015

Depuis plus de vingt ans, le photographe brésilien Caio Reisewitz s’attache à questionner les rapports qui lient l’homme à son environnement. A travers une pratique photographique qui allie la rigueur architecturale moderniste et la puissance désordonnée de la nature, il propose une vision contemporaine des mutations qui touchent son pays.

Caio Reisewitz
Disorder

Caio Reisewitz est né à Sao Paulo au Brésil en 1967. Après avoir étudié la photographie en Allemagne, il retourne dans son pays d’origine en 1997 et s’impose dès le début des années 2000 comme l’un des plus grands photographes brésiliens actuels. Il gagne rapidement une notoriété internationale avec des expositions personnelles en
Amérique du Sud, en Europe et plus récemment aux Etats-Unis avec une importante exposition au Centre International de Photographie de New York en 2014.

Caio Reisewitz cite parmi ses modèles aussi bien les grandes figures de la photographie brésilienne du 19e siècle (Augusto Stahl, R. H. Klumb) que le photographe paysagiste Marc Ferrez ou encore des photographes contemporains allemands comme Thomas Struth, Andreas Gursky, et Candida Höfer. L’influence de ces derniers est particulièrement sensible dans le choix scrupuleux de ses sujets, les détails méticuleux de ses images et le format monumental de ses photographies en couleur.

Sa pratique se caractérise par un mélange de ces influences historiques et contemporaines, ainsi que l’accent mis par Caio Reisewitz sur les paysages et l’architecture brésilienne. Cette exposition présente une série d’œuvres caractéristiques de son travail sur la monumentalité, autant architecturale que naturelle, ainsi que des travaux plus récents de collage qui renvoient à la modification par l’homme de son environnement.

«Caio Reisewitz s’appuie sur un langage inédit et une photographie de type monumental pour évoquer à la fois la structure du paysage et la construction — ou plutôt la déconstruction — de son pays aujourd’hui. Une grande partie de son œuvre constitue une réflexion portant sur des conflits sous-jacents, par exemple la controverse qui entoure la construction du barrage Belo Monte sur le fleuve Xingu dans l’Etat de Para, qui sera l’un des plus grands barrages au monde en termes de production d’électricité mais qui menace de submerger des zones forestières entières.

Deux choses frappent d’emblée dans le langage photographique de Caio Reisewitz: d’une part, sa fascination pour les lignes de l’architecture moderniste; d’autre part, de façon ostensiblement antithétique, sa passion pour les aspects organiques des extraordinaires richesses écologiques du Brésil. Son œuvre entremêle ces deux éléments paradoxaux, se faisant le reflet d’un aspect amorphe de la réalité brésilienne.

Caio Reisewitz crée également des images documentaires de lieux qui ont l’air de relever de la fiction mais qui existent bel et bien, comme ce terrain de golf aux confins de Brasilia qui ressemble à un décor — voire au contraire, des paysages qui ressemblent à des milieux naturels sauvages mais qui sont en réalité savamment construits, tels que les jardins botaniques de Belim, créés de toutes pièces par l’homme il y a deux siècles.

Ces effets de mise à distance, Caio Reisewitz parvient à les créer non seulement dans ses photos monumentales et plus directement documentaires, mais également dans les collages qu’il commence à réaliser dès 2010 après avoir été invité à installer des œuvres dans un petit espace du Musée d’Art moderne de Sao Paolo. Il entend y montrer de petits formats chargés d’informations: des images qu’il faut longuement scruter. Ceci lui donne l’idée de découper des segments de ses tirages pour les coller sur d’autres photos; il photographie le résultat et enfin réalise un tirage de format réduit.

Les collages que Caio Reisewitz réalise de cette façon sont importants pour lui non seulement parce qu’ils constituent une réponse analogique inédite à la question du numérique, mais également parce que le travail d’atelier inscrit sa pratique photographique dans la tradition séculaire de la peinture.» Nanda van den Berg,
Directrice, Huis Marseille Museum voor Fotografie