ART | EXPO

Descente

02 Avr - 01 Juil 2017
Vernissage le 02 Avr 2017

L’exposition « Descente » à la galerie Thaddaeus Ropac dévoile de nouvelles œuvres de Georg Baselitz : des peintures sur toile et sur papier qui poursuivent son questionnement sur l’œuvre tardive et témoignent du recentrage autobiographique qu’il a opéré depuis plusieurs années.

L’exposition « Descente » à la galerie Thaddaeus Ropac, à Pantin, présente de nombreuses œuvres récentes de Georg Baselitz. Des réalisations sur toile et sur papier du peintre allemand qui s’inscrivent dans son questionnement autour de l’œuvre tardive et dans le recentrage autobiographique que connaît son œuvre depuis plusieurs années.

Les nouvelles œuvres de Georg Baselitz s’interrogent sur l’œuvre tardive

L’exposition tire son titre du large ensemble d’œuvres de Georg Baselitz qu’elle dévoile : une quarantaine de toiles et autant de travaux sur papier, récemment réalisés et réunis sous le titre de Descente. Ces œuvres se divisent en cinq groupes qui, sur le plan stylistique et iconographique, se rattachent à celles que Georg Baselitz avait présentées à la Biennale de Venise en 2015 : la série Avignon et les autoportraits fragmentés qui tous étaient marqués par la question de l’œuvre tardive. Une question qui, un an avant son quatre-vingtième anniversaire, continue de préoccuper le peintre allemand.

Les nouveaux tableaux de Georg Baselitz témoignent du resserrement thématique de ses œuvres ces dernières années, les motifs choisis devenant essentiellement autoréférentiels. Ils se focalisent sur son enfance, sa jeunesse, le début de sa carrière artistique ; leurs sujets sont des habitants de Dresde, sa ville natale, sa femme Elke et lui-même.

Des peintures qui se recentrent sur l’autobiographie

Des portraits sensibles mais souvent crus d’Elke côtoient des portraits quasiment abstraits du peintre Ferdinand von Rayski, originaire de Dresde et des œuvres qui forment une relecture d’un tableau peint par Georg Baselitz en 1965, Die Grossen Freunde. A ces sujets autobiographiques s’ajoutent quelques références à l’histoire de l’art et notamment à d’autres artistes dont Georg Baselitz se sent proche comme Otto Dix. Ainsi rencontre-t-on références à un tableau de ce dernier intitulé Die Eltern des Künstlers (Les parents de l’artiste).

Une autre référence à l’histoire de l’art occupe de façon importante le travail récent de Georg Baselitz : le tableau Nu descendant un escalier, œuvre emblématique de Marcel Duchamp dont le peintre allemand propose plusieurs réinterprétations. Georg Baselitz représente avec humour l’artiste français dans des situations érotiques avec sa femme de chambre. Ainsi l’œuvre de 1912 souvent perçue comme un adieu à la peinture de la part de Marcel Duchamp est pour Georg Baselitz l’occasion d’opposer la vision conceptuelle de celui-ci à la subjectivité artistique qu’il revendique.