PHOTO | EXPO

Des îles

06 Sep - 07 Nov 2015
Vernissage le 05 Sep 2015

Le propos de l’exposition « des îles » est d’embarquer pour des continents visuels inconnus. Les quatre photographes présentés dans cette exposition se sont posés en témoin d’une réalité nourrie par leur subjectivité dans un esprit documentaire poétique; l’enjeu étant de faire passer un souffle expressionniste fort à travers des images noir et blanc.

Christian Buffa, Guido Gazzilli, Teddy Seguin, Christopher Taylor
Des îles

Très tôt les photographes sont partis à la conquête des îles avec leurs chambres photographiques et ont réalisé des documents, la plupart édités sous forme de cartes postales, qui ont été diffusées dans le monde entier et ont permis de désenclaver ces territoires de leur isolement. Les daguerréotypes de Bison faisant poser des habitants des îles Canaries avant 1842, Chambay et Lecorgne rapportant des clichés de l’île Maurice dès 1857, sont des exemples de ses premières tentatives de reportage aux confins des mers. A leur suite l’imaginaire photographique a pu être investi et donner des envies de voyage. De même par la suite, les ethnologues ont illustré leurs recherches avec des images où des populations lointaines étaient saisies dans leur quotidien et leur accoutrement exotique.

Le propos de l’exposition: «des îles» est d’embarquer pour des continents visuels inconnus. Il ne se présente pas sous un angle à portée géographique, anthropologique ou sociologique, pas plus qu’il n’a l’ambition de rapporter des évènements d’actualité.
Les quatre photographes présents se sont simplement posés en témoin d’une réalité nourrie par leur subjectivité dans un esprit documentaire poétique; l’enjeu étant de faire passer un souffle expressionniste fort à travers des images noir et blanc qui se ressemblent au premier abord, avant de livrer dans un deuxième temps leur singularité. Elles permettent alors de pénétrer émotionnellement des climats, des ambiances paysagères de ces quatre îles: Corse, Islande, Lampedusa et Terre-Neuve, où chacun a puisé dans ses racines familiales ou personnelles la texture de leur univers.

Christian Buffa de Bastia a tracé un portrait édifiant d’une Corse mythique enfermée dans sa mémoire, dont les personnages se replient sur eux mêmes dans des postures rigides et austères, ponctuées de paysages à l’abandon, suintant la solitude. Il nous envoie ce maelstrom éclaté, issu de vieilles pellicules périmées, en pleine face… Libre à nous d’en reconstituer le tissu de mémoire.

Christopher Taylor s’est rendu dans l’archipel des îles Westman au sud de l’Islande et y a prélevé des bribes de l’histoire de la famille de sa compagne durant quatre séjours entre 2005 et 2010. Ses photographies alternent de grands paysages où les ciels tourmentés mangent l’image avec des objets abordés par le détail d’un quotidien réanimé, comme si ils attendaient une renaissance par le regard. L’attention apportée à l’environnement cachée derrière une apparente froideur, dénote une émotion contrôlée, qui sourd dans ces cadrages soigneux à la palette de dégradés aux doux contrastes.

Guido Gazzilli s’est rendu à la rencontre de Lampedusa et des vingt mille émigrants qui y ont débarqué, sans se préoccuper prioritairement du phénomène socio-politique, mais de ses résultats humains. Il a réalisé son travail sous la forme d’un journal, où il a croisé Ahmed jeune tunisien de 23 ans, adopté par des autochtones, qui a cherché à s’intégrer à la société italienne. Il s’est donc surtout penché sur le quotidien des habitants de l’île, qui reçoivent depuis des années ce flot d’émigrants sans avoir de retour des autorités.

Teddy Seguin s’est laissé emporter par le lyrisme des lumières fracassantes et crépusculaires de Terre Neuve, saisissant des bribes de la vie des marins originaires de France sur cette côte déchiquetée, où il est difficile de vivre de la pêche artisanale si réglementée de nos jours. Depuis longtemps, il se penche sur le territoire: “insulae” où la vie primitive et sauvage garde encore quelques prérogatives.

Gilles Verneret

Vernissage

Samedi 5 septembre 2015 à 18h30