DANSE | SPECTACLE

Decreation

19 Juin - 21 Juin 2008

Depuis son installation en Europe dans les années 1970, William Forsythe n’a eu de cesse d’aborder la danse, néo-classique d’abord, puis contemporaine par la suite, d’une manière toute personnelle, préférant les ruptures chorégraphiques à d’autres voies trop tracées. Continuant son compagnonnage avec Chaillot, le chorégraphe viendra clore une saison danse particulièrement variée.

William Forsythe
Decreation

— Chorégraphie: William Forsythe
— Lumière: Jan Walther, William Forsythe
— Musique: David Morrow
— Costumes: Claudia Hill
— Dramaturgie: Rebecca Groves
— Vidéo: Philip Bussman
— Son: Niels Lanz, Bernhard Klein
— Caméra: Dietrich Krüger
— Production: The Forsythe Company

De Stuttgart à Francfort, cet Américain sans frontières envoie des messages percutants: Paris s’est très vite imposé comme un repère dans le parcours de William Forsythe avec le Théâtre national de Chaillot comme nouveau port d’attache, que ce soit avec le passé, Ballett Frankfurt, ou le présent, The Forsythe Company.

Auteur d’une centaine de créations, Forsythe, féru de philosophie, d’architecture, a abordé tous les genres de la danse, de la fresque ambitieuse au quatuor majeur, du ballet engagé aux installations où se mêlent corps et images. On lui doit même une comédie musicale, ce qui n’est pas si surprenant de la part de cet admirateur de Fred Astaire, autre inventeur de formes en mouvement. Les aventures chorégraphiques de William Forsythe avec sa compagnie, aujourd’hui recentrée sur dix-huit danseurs virtuoses, continuent d’interpeller ses admirateurs. De One Flat Thing, Reproduced, vertigineux précis pour danseurs et tables, à Three Atmospheric Studies, triptyque en colère, Forsythe élargit sans cesse ses centres d’intérêt. Et les nôtres ! La sphère d’influence du chorégraphe est aujourd’hui unique dans le milieu, englobant jeunes pousses du contemporain ou balletomanes curieux.
Bien qu’au répertoire de la plupart des troupes de danse du monde entier, William Forsythe consacre l’essentiel de son temps à sa compagnie et à ses interprètes, ces derniers étant au plus près du créateur comme de ses idées.