PHOTO | CRITIQUE

De natura

PRoland Cognet
@03 Juin 2008

Les grands problèmes écologiques d’aujourd’hui ne rendent-ils pas caduque le néo-romantisme auquel nous a habitué la photographie finlandaise ? L’exposition «De natura» présente au Centre photographique d’Ile-de-France les travaux de deux artistes qui, avec lucidité, humour et poésie, abandonnent cette posture contemplative pour s’attaquer aux menaces pesant sur l’environnement. 

La nature est très vite devenue le sujet de prédilection des photographes finlandais. Explorant notre rapport à l’environnement, ils ont privilégié une vision sereine de l’homme vivant en harmonie avec une nature préservée. La jeune génération n’a pas fondamentalement remis en cause le romantisme de ses aînés. Ainsi, sans véritable distance critique et en privilégiant des effets lyriques de lumières et de couleurs, Elina Brotherus et Kalle Kataila ont-ils repris la figure du spectateur vu de dos fusionnant avec la nature.

Pourtant, les grandes questions écologiques d’aujourd’hui ne rendent-elles pas caduques ces postures contemplatives et néo-romantiques ? L’exposition «De natura», au CPIF, tendrait à le prouver. Organisée dans le cadre de la saison finlandaise, elle montre les travaux de Sanna Kannisto et d’Ilkka Halso, jeunes photographes de la prétendue école d’Helsinki.

L’attribution des salles d’exposition n’est pas très équitable. Ilkka Halso n’a droit qu’à quatre petits murs. Rien de préjudiciable pourtant : même s’il est convaincant, son travail est assez répétitif. L’artiste conçoit la nature comme un patrimoine à préserver. Ce qui est bien dans l’air du temps.
Pour la série «Restauration» (2000), il a construit de faux chantiers de restauration, non de vestiges historiques, mais d’arbres qui, faisant l’objet de tant de soins, prennent une valeur inestimable.
Il n’est pourtant pas dupe. Il montre aussi, grâce à des manipulations numériques, comment ce souci écologique pourrait faire appel à la technique, au risque de réifier la nature et de la rendre artificielle.
La série «Museum of Nature» (2003-2005) présente ainsi les structures gigantesques nécessaires à la mise sous cloche de la nature.

Sanna Kannisto, quant à elle, multiplie les points de vue pour exprimer son intérêt pour les espèces rares et souligner la richesse des écosystèmes rencontrés dans la forêt vierge au Brésil ou au Costa Rica.
On hésite entre une photographie scientifique documentant les expériences de chercheurs et des reconstitutions pseudo scientifiques s’en inspirant. Pour renforcer le trouble, l’artiste a même construit une boîte, véritable studio portatif, qui lui permet de photographier les spécimens comme dans un laboratoire.
Moins alarmistes que celles d’Ilkka Halso, les œuvres ambiguës de Sanna Kannisto distillent une poésie qui est aussi une manière de sensibiliser à la préservation de la biodiversité.

«De natura» constitue ainsi un très bon contrepoint à l’exposition «Rose Boréal» qui présentait à l’École nationales supérieure des beaux-arts une sélection plutôt décevante de jeunes artistes finlandais. En effet, même s’il serait excessif de qualifier d’«écologistes» les travaux de Sanna Kannisto et d’Ilkka Haslo, constatons déjà qu’ils ne pêchent pas par leur trop grand formalisme ou la faiblesse de leurs propos.

Sanna Kannisto
Private Collection, 2003. C-print. 130 x 161 cm
Leptophis ahaetulla, 2006. C-print 76 x 94 cm
Passioflora vitifolia, 2003. Photographie. C-print. 76 x 91 cm
Sans titre 7, Restauration, 2000. 125 x 171 cm
Museum I, 2003. 100 x 135 cm
Flight tent, 2006. 130 x 160 cm
Abandoned study, 2006. C-print. 74 x 95 cm / 105 x 130 cm
Cymbopetalum brasiliense, 2000. C-print. 90 x 74 cm
Untitled (Coral snake), 2006. C-print. 74 x 95 cm
Monkey bones, 2006. C-print. 95 x 74 cm
Tangara larvata, 2006. C-print. 76 x 94 cm
Diversity, 2000. C-print 130 x 161 cm
Night Pollination, 2004. C-print. 105 x 127 cm
Field Studies 2, 2003. C-print. 105 x 127 cm
Dark Forest 1, 2003. C-print. 90 x 110 cm
Dictyophora indusiata, 2003. C-print. 75 x 94 cm
Marked Dragontium gigas plants, 2001. C-print. 103 x 127 cm
Papilonaceae: Pterocarpus hayesii, 2003. C-print. 76 x 94 cm
Tangle 1-2, 1997. C-print. 74 x 185 cm
Frog Studies | Agalychnis callidryas 1-3, 2001. C-print. 74 x 90 cm
Frog Studies | Agalychnis callidryas 4, 2003. C-print. 74 x 90 cm
Moraceae: Ficus pertusa, 2001. C-print. 74 x 90 cm
Untitled (Auto – portrait), 2000. C-print. 74 x 92 cm

Ilkka Halso
Sans titre 1, Restauration. 132,5 x 100 cm
Sans titre 7, Restauration. 125 x 171 cm
Restauration 10. 163 x 300 cm
Cube outside. 100 x 127 cm
Cube video. Making of, DVD.
Museum I, 2003. 100 x 135 cm
Museum II, 2005. Triptyque. 140 x 300 cm
Kitka-river, 2004. Triptyque. 183 x 300 cm
Roller-coaster, 2004. 100 x 134 cm