ART | EXPO

De la part des vaincus

14 Juin - 26 Juil 2014
Vernissage le 13 Juin 2014

A travers les œuvres de neuf artistes québécois, l’exposition aborde une multitude de pratiques qui s’inscrivent dans les mouvances féministes en art actuel. Il s’agit de soulever d’importantes questions sur la pratique du commissariat, confrontée à un monde de l’art qui retire souvent les artistes de la spécificité de leurs écologies de production.

Stéphanie Chabot, Vincent Chevalier, Raphaëlle De Groot, Michelle Lacombe, Manuela Lalic, Noémi McComber, Dayna McLeod, Karen Trask, Frédérique Ulman-Gagné
De la part des vaincus

Les commissaires montréalaises Virginie Jourdain, Florence S. Larose et Libby Shea présentent «De la part des vaincus», un projet mettant de l’avant le travail de neuf artistes québécois(es) émergent(e)s et établies.

À travers des installations in situ, des œuvres sculpturales, des peintures sur toiles, une installation multimédia et une performance, «De la part des vaincus» aborde une multitude de pratiques et de stratégies qui s’inscrivent dans les mouvances féministes en art actuel. L’exposition met en lumière le contexte de production artistique au Québec et l’héritage politique et artistique féministe qui ont fondamentalement influencé la démarche des artistes du projet, leurs vies et leurs pratiques, indéniablement liées et même indissociables.

Les commissaires ont choisi d’exposer en France un pan de la scène artistique québécoise souvent peu plébiscité à l’étranger, intervenant ainsi dans l’échange culturel qui fait la promotion d’un discours réducteur portant sur «ce que le Québec a de meilleur à offrir». Cette exposition cherche ainsi à interrompre le discours universaliste qui favorise et valorise une lecture hermétique et neutre dans la pratique du commissariat, et s’attache à réfuter les approches traditionnelles qui nient les considérations sociales, politiques et historiques des œuvres et des démarches curatoriales.

Le tissage de relations et de dialogues entre les artistes de cette exposition collective — artistes d’une même ville, d’une même région, d’un même pays — soulève d’importantes questions sur la pratique du commissariat, confrontée à un monde de l’art qui retire souvent les artistes de la spécificité de leurs écologies de production.
Les artistes de l’exposition se distinguent de toute posture autoritaire: de façon intelligente — et souvent ironique — elles et ils, détournent et décalent les paramètres de la production artistique, échappant ainsi aux pratiques et à la doxa des discours, qu’ils soient sociaux, historiques ou culturels.

Ce projet a été rendu possible grâce au soutien du Conseil des arts et des lettres du Québec et de LOJIQ, en partenariat avec le Centre culturel canadien et la Délégation générale du Québec en France.