ART | EXPO

David Noonan

23 Mar - 06 Mai 2007

Artiste d’origine australienne basé à Londres, David Noonan produit des œuvres mêlant film, peinture, sérigraphie, photographie, sculpture, installation et collage. Pour le Palais de Tokyo, l’artiste a conçu un dispositif spécifique, fusionnant espace, sculpture et surface.

David Noonan
David Noonan

Artiste d’origine australienne basé à Londres, David Noonan produit des œuvres mêlant film, peinture, sérigraphie, photographie, sculpture, installation et collage. Hiboux, ombres chinoises, marionnettes indonésiennes, cultes et contre-cultures inquiétants et démantibulés, nourrissent un univers qui s’inspire de mythologies folkloriques ainsi que d’un monde au caractère plus sinistre. Ses images ressemblent à des silhouettes, visibles seulement en partie, comme suspendues hors d’un temps, d’un lieu ou même d’une couleur précise. L’ambiance est souvent sombre mais s’y révèle une sensibilité délicate et poétique qui utilise glissements et accidents de la mémoire : comment nous souvenons-nous de ce que nous comprenons seulement à moitié ?

Pour sa première exposition en France, David Noonan présente une série inédite de sérigraphies et de collages ainsi qu’une sélection d’œuvres récentes. Le travail réalisé pour cette exposition s’articule autour de la représentation de communautés, de regroupements insolites et autres jeux de rôles et de masques dont les sources restent anonymes. Ses œuvres, proches d’une esthétique des années 1970, sont cependant trop floues, trop peu narratives et trop ambiguës pour prendre une quelconque dimension nostalgique ou historique. En superposant des images trouvées, David Noonan utilise un langage visuel qui mêle récit et abstraction, transformant ses personnages en motifs et vice-versa.

Pour le Palais de Tokyo, l’artiste a conçu un dispositif spécifique, fusionnant espace, sculpture et surface. L’agencement de panneaux en bois recouverts de tissu crée un système de fragments muraux qui renvoie à une architecture de ruptures, de déjà-vus et de silhouettes. Cette exposition ajoute ainsi une nouvelle dimension à la pratique de l’artiste et lui permet d’expérimenter avec complexité le jeu entre les surfaces, les images et les différentes manière dont elles occupent un lieu.