PHOTO

Daniel Tremblay

Le mur puis l’espace pour ses installations sont au centre de ses préoccupations plastiques. Il se définit d’ailleurs comme un sculpteur de bas relief.

Information

Présentation
Collectif
Daniel Tremblay

En 1987, le musée des Beaux-Arts d’Angers a présenté le travail de Daniel Tremblay. Dans l’urgence, l’amitié et la complicité. Il s’agissait pour Viviane Huchard – alors conservateur en chef des musées de la ville d’Angers – d’associer des Angevins qui l’avaient bien connu, Jean-Louis Cognée, Carol Moreau, Hubert Tonka et Pierre Vélon, à l’hommage que le musée rendait à l’artiste natif d’Angers deux ans après sa brutale disparition.

En 1994-1995, fort du recul d’une décennie, il s’agissait pour le musée des Beaux-Arts de coproduire avec le Centre d’art contemporain de la Ferme du Buisson une exposition liée à la publication du catalogue de son œuvre édité avec le concours de la galerie Farideh Cadot, à Paris.

En 2008, cette troisième exposition est exceptionnelle à plus d’un titre : elle rassemble des œuvres de l’artiste acquises par le musée des Beaux-Arts d’Angers de 1987, pour la première, à aujourd’hui, pour la septième, six des sept qui ont été offertes par Farideh Cadot il y a huit ans, d’autres par des membres de la famille ou de l’entourage de l’artiste, certaines qui appartiennent à Farideh Cadot mais aussi, et pour la première fois, toutes celles qui ont été acquises de son vivant par des collections publiques françaises : le musée de Toulon, où Marie-Claude Beaud, alors conservateur du musée de cette ville, a accueilli l’artiste en 1982 ; le musée national d’Art moderne – centre GeorgesPompidou; le musée d’Art moderne de la Ville de Paris, où il a participé à deux expositions, l’une en 1981, « Ateliers 81/82 », l’autre en 1984, « Truc et Troc » ; la fondation Cartier ; le musée départemental de Rochechouart ; le Fonds national d’art contemporain et de nombreux Fonds régionaux d’art contemporain ou de prestigieuses institutions étrangères : la collection Peter Ludwig, à Cologne, le Moderna Museet à Stockholm, avec une œuvre provenant de la collection de Pontus Hulten. Nous regrettons de n’avoir pas pu présenter celle qui a été acquise par le Guggenheim Museum de New York.