ART | EXPO

Daniel Dewar & Grégory Gicquel

23 Mar - 06 Mai 2007
Vernissage le 22 Mar 2007

Tandem de sculpteurs, Daniel Dewar & Grégory Gicquel cultivent l’art du télescopage allié à une conception à la fois populaire et hybride de l’œuvre d’art.

Daniel Dewar & Grégory Gicquel
Daniel Dewar & Grégory Gicquel

Tandem de sculpteurs, Daniel Dewar & Grégory Gicquel cultivent l’art du télescopage allié à une conception à la fois populaire et hybride de l’œuvre d’art. Depuis la présentation de leur scierie portative Echo PPK, et des différents objets «fait main» — chaussures Nike, cadre de vélo BMX — le travail des deux artistes s’est progressivement déplacé vers d’autres territoires, d’autres univers formels tout en restant attaché à la pratique de la sculpture et à la production des «ready-hand-made».

Comment concevoir une œuvre à la fois artisanale et industrielle, artistique et design, pop et conceptuelle ? Ce sont toutes ces questions que le duo français semble vouloir se poser n’hésitant pas à multiplier les références au monde des loisirs populaires comme la pêche, le surf, le tuning et le skate. La culture japonaise du 19ème siècle semble également source d’inspiration dans leur démarche à l’image de certains titres de leurs œuvres sous forme de courts poèmes/haïku: La couleur vert détachée de la montagne suit le mouvement de la truite prise (Sekite Hara), titre d’une de leur sculpture-totem improbable associant bois et laine. Ainsi, à travers un univers à la fois ludique, conceptuel, narratif et proche de la science-fiction, Dewar & Gicquel parviennent à créer des histoires entre un éléphant et une geisha, une voiture et un piercing ou encore un collier de perles et des casques de moto, bouleversant par ce biais là les codes de la sculpture contemporaine.

Pour leur première exposition personnelle dans une institution parisienne, les deux artistes, proposent un ensemble de sculptures inédites, fidèles à leur univers protéiforme et radical. Un véhicule «préhistorique» sculpté et taillé en granit, un Shimenawa, corde sacrée utilisée au Japon, monumental tressé en fil synthétique, une série d’Ocarinas, petits instruments de musique, en bois peint et ciment et enfin un tapis en laine aux motifs trans-péruviens composent cet ensemble insolite de sculptures à l’échelle 1.