DANSE | SPECTACLE

Dance, Montpellier Danse 2017

27 Juin - 27 Juin 2017

L’Opéra Berlioz-Le Corum présente Dance de Lucinda Childs, un spectacle interprété par le Ballet de l’Opéra de Lyon, véritable dialogue entre la danse et la musique.

Lors de l’édition 2017 de «Montpellier Danse», le Ballet de l’Opéra de Lyon présente Dance de Lucinda Childs, une pièce pour dix-sept danseurs créée en 1979 qui marque les débuts du minimalisme et de la danse post-moderne américaine. Dance se veut «un dialogue entre la chorégraphie et la musique» qui ouvrit la voie à des chorégraphes telles Anne Teresa de Keersmaeker, créant en 1982 Fase, four movements to the music of Steve Reich.

Dance : naissance de la danse post-moderne

Entrant au répertoire au Ballet de l’Opéra de Lyon, Dance reste dans sa nouvelle version fidèle aux idées initiales de Lucinda Childs, pour laquelle il importe d’éviter de faire une simple copie de la pièce originale. Ainsi, le film accompagnant la chorégraphie a-t-il été refait avec les danseurs du Ballet de l’Opéra de Lyon.

Dance marque la toute première collaboration de Lucinda Childs avec un musicien, Philip Glass, et un artiste plasticien Sol LeWitt. La musique répétitive de Philip Glass répond à l’intention esssentielle de Lucinda Childs. Elève de Merce Cunningham au cours des années soixante, elle apprend la dissociation de la musique et de la danse, destinée à rendre visible le seul mouvement en privilégiant la rigueur de la composition. Philip proposa ensuite de confier la scénographie à Sol LeWitt, qui réalisa un film faisant des danseurs un décor, projeté au cours du spectacle sur un grand écran en fond de scène. La pièce de Lucinda Childs se révèle donc l’association d’une danseuse et chorégraphe, d’un musicien, et d’un artiste refusant toute expressivité et subjectivité.

Dance : l’intimité de la danse et de la musique

Dance met en oeuvre un même procédé chorégraphique et musical : la répétition. La composition originale de Philip Glass est ainsi faite de séquences rythmiques se répétant, et alternant avec des phrases musicales qui se développent progressivement par accumulation. Philip Glass a voulu «imaginer une musique dans laquelle le danseur pourrait trouver une énergie, une inspiration pour un mouvement», dont Lucinda Childs a transcrit la partition sous forme de temps contenus dans chaque séquence. Et Lucinda Childs rappelle le principe de composition de Dance : «Chaque pas est calculé en fonction de la manière dont ma musique est écrite. Avec la musique ou légèrement contre elle. Il y a un dialogue entre la chorégraphie et la musique. Ce n’est jamais une illustration, il y a toujours un peu de tension entre elles».