PHOTO

Dan Walsh

PPierre-Évariste Douaire
@12 Jan 2008

Dan Walsh peint comme on écrit ses obsessions, c’est-à-dire avec obstination. Les cadres qu’il répète sans cesse dans ses compositions sont des fenêtres qui s’ouvrent sur les murs et le sol. La répétition est chez lui une devise qu’il aime à décliner sans cesse.

Les six tableaux de Dan Walsh jouent avec les rythmes et les répétitions. Ils adoptent un temps calqué sur la couleur claire et les pastels. A travers un motif géométrique répété et chuchoté, le peintre, à travers cette discrétion, parvient à composer de grandes compositions frontales et douces.

Bien que maîtrisant de grands aplats, malgré une frontalité recherchée et une absence de cadre, le peintre aime à encadrer ce qu’il peint. A la bordure du tableau il trace plusieurs frontières de couleur qui ne ferment pas le tableau mais l’ouvrent. Souvent les lignes viennent, en plus de la composition spatiale, renforcer les couleurs. L’encadrement pratique la résonance comme peuvent le faire les cordes d’un violon. Les grands aplats donnent de l’espace à la couleur. La peinture est maîtrisée, mais elle est aussi délimitée. A chaque composition correspond un nuancier, une couleur dominante.

Dan Walsh retravaille son motif jusqu’à satiété, jusqu’à l’habitude. Avec des formes dépouillées et simples il parvient à composer des surfaces qui jouent avec l’espace. Comme dans un ping pong, le tableau et les murs se répondent. A l’intérieur de la toile les motifs répétés comme des échos font vibrer la composition dans un champ de couleurs ouvert et calme. Un sentiment d’apaisement et de détente vous gagne à contempler ces grands carrés et ces grands rectangles.

Dan Walsh
Recreation, 2003. Acrylique sur toile. 101,5 x 178 cm.
Stance, 2004. Acrylique sur toile. 140 x 140 cm.
Kindred Spirits (Left), 2003. Acrylique sur toile. 167,5 x 355,5 cm.
Kindred Spirits (Right), 2003. Acrylique sur toile. 167,5 x 355,5 cm.
Compromise, 2004. Acrylique sur toile. 140 x 140 cm.
Fill, 2004. Acrylique sur toile. 140 x 140 cm.