ART | RETROSPECTIVE

Cy Twombly

30 Nov - 24 Avr 2017
Vernissage le 30 Nov 2016

La rétrospective consacrée à Cy Twombly au Centre Pompidou, à Paris, est la première jamais organisée. A travers cent quarante peintures, sculptures, dessins et photographies, l’exposition retrace l’ensemble de la carrière de l’artiste américain.

L’exposition « Cy Twombly » au Centre Pompidou constitue la première rétrospective intégrale de l’œuvre de Cy Twombly, artiste américain dont l’œuvre s’est réalisée à l’écart des principaux courants de l’art de son pays mais a recoupé les enjeux les plus importants de l’art du vingtième siècle.

Cy Twomby : une œuvre organisée en cycles

On découvre cent quarante œuvres comprenant des peintures, des sculptures, des dessins et des photographies dont une grande partie n’a encore jamais été exposée en France. Le parcours est organisé chronologiquement et réparti autour de trois grands cycles qui ont jalonné la production de Cy Twombly : Nine Discourses on Commodus, Fifty Days at Iliam et Coronation of Sesostris.

La carrière de Cy Twombly, structurées par de grands cycles alternés est retracée dans son intégralité. Les premières salles évoquent les débuts de l’artiste, à travers des œuvres produites au début des années 1950. Le tableau Sans titre (Lexington), réalisé en 1951 à la peinture industrielle sur toile, et la série Sans titre (Grottaferrata), ensemble de feuilles quadrillées recouvertes de griffonnages colorés tracés au crayon à la cire et à mine de plomb, témoignent de l’inspiration que constituaient alors pour Cy Twombly les arts premiers, l’écriture et le graffiti.

L’exposition aborde ensuite les œuvres du début des années 1960, au centre desquelles s’impose la série Nine Discourses on Commodus, réalisée en 1963. Le style caractéristique de Cy Twombly, fait de tracés frénétiques, rayures et gribouillis, est mis au service d’un regard beaucoup plus sombre porté sur le monde, inspiré par une suite d’assassinats historiques. Comme dans les autres œuvres de cette période, l’exploitation de la couleur et de la matière donna naissance à des compositions très charnelles.

Un style fait de griffonnages, écriture gestuelle et figuration schématique

Parmi les œuvres des années 1970, textes griffonnés, collages et peintures constituent autant de réponses à l’art minimal et conceptuel qui se développe alors. L’ensemble Fifty Days at Iliam, cycle en dix parties réalisé en dix parties à l’huile, crayon à l’huile et graphite sur toile, est basé sur l’Iliade d’Homère. Il évoque le récit des cinquante derniers jours de la guerre de Troie développés dans le poème épique à travers l’écriture gestuelle et la figuration schématique qui caractérisent le langage visuel de Cy Twombly.

En abordant toutes les étapes de l’œuvre de Cy Twombly, la rétrospective met en évidence la place importante qu’y occupent les cycles et aux séries. On redécouvre également combien la carrière de l’artiste américain a abordé toutes les questions majeures de l’art du XXe siècle : l’opposition entre figuration et abstraction, l’introduction du texte dans l’art pictural, le primitivisme, le rapport à la grande peinture historique, les liens entre l’Amérique et l’Europe…

AUTRES EVENEMENTS ART