DANSE | SPECTACLE

Cutting Edge

17 Nov - 19 Nov 2016
Vernissage le 17 Nov 2016

Au Théâtre de la Cité internationale, dans le cadre du programme New Settings #6, le spectacle « Cutting Edge », conçu par le finlandais Kalle Nio et son groupe WHS, interroge l’histoire et l’actualité au travers de la question de la décapitation.

En mêlant sur scène effets d’illusion, références à la peinture, et danse contemporaine, « Cutting Edge », le nouveau spectacle de Kalle Nio et de sa troupe WHS, tient à questionner la signification symbolique de la présence de la décapitation à travers le temps en privilégiant de savants jeux visuels.

WHS, une troupe d’avant-garde

Fondé à l’initiative de l’artiste visuel et magicien Kalle Nio, du jongleur Ville Walo, et de la costumière Anne Jämsä, WHS est une troupe de cirque et de théâtre finlandaise à l’origine du renouveau du mouvement du nouveau en Finlande au cours de la décennie passée.

WHS se présente comme un groupe indépendant, souvent décrit avant-gardiste, n’hésitant pas à utiliser diverses formes, parmi lesquelles la magie, la danse, et même la vidéo. Caractéristique de l’activité artistique de WHS, est très certainement l’entrecroisement des styles de Ville Walo dont le travail se situe à la limite du jonglage et du jeu de marionnettes, et de Kalle Nio qui embrasse à la fois l’ensemble des arts visuels et la magie.

« Cutting Edge » : mise en scène de la décapitation

Spectacle conçu pour trois interprètes, « Cutting Edge » est une performance visuelle qui s’inspire essentiellement des peintures, des nombreuses représentations, et des mythes ayant pour objet la décapitation.

L’acte même de la décapitation accompagne l’histoire d’un art comme la magie qui, depuis l’Egypte ancienne, fait partie du répertoire classique des magiciens. Mais la décapitation est aussi un acte barbare qui met à l’épreuve notre sensibilité, et plus particulièrement notre capacité à accepter, soutenir la vision d’une telle pratique, voire l’apprécier.

On le voit, la décapitation se révèle ambivalente puisqu’elle est à la fois acte barbare et ressource indéniable pour la création artistique. Car, en dépit de son évidente cruauté, elle offre de nombreuses possibilités comme artifice scénique, retenant avec une puissance incomparable l’attention des spectateurs.

WHS et Kalle Nio tentent ainsi dans « Cutting Edge » de mettre en question nos réactions face à un tel phénomène ainsi que sa permanence à travers l’histoire, nous conduisant inévitablement à nous demander : qu’en est-il de la mort, et de la manière dont on peut mourir, et quelle est donc la signification symbolique de la décapitation ?

Le spectacle ne manque pas de mettre en scène ces questions en faisant se succéder créations et destructions d’effets visuels destinés à représenter l’acte même de la décapitation, jusqu’à vouloir effacer la différence entre illusions magiques et réalité. Ainsi, les corps des interprètes, leur présence même et leurs mouvements, donnent-ils l’impression d’être littéralement découpés. Par là, « Cutting Edge » donne à des suites de représentations sophistiquées toute leur dimension tragique sans exclure toutefois un véritable humour noir qui met à distance ces images de la décapitation.