ART | EXPO

Curved’Air

28 Juin - 19 Oct 2008
Vernissage le 28 Juin 2008

La présentation de Curved’Air  de John Tremblay au château d’Oiron joue avec les notions d’espace redéfinissant la circulation entre passages et espaces clos mêlant sculpture, peinture et architecture.

John Tremblay
Curved’Air

Le château d’Oiron, le Centre d’Art La Chapelle Jeanne d’Arc de Thouars et le FRAC Poitou-Charentes ont développé depuis plusieurs années de nombreuses actions communes. La présentation de l’oeuvre de John Tremblay, appartenant à la collection du FRAC Poitou-Charentes, Curved’Air relève de ce partenariat.
En choisissant de montrer, dans un dispositif inédit, cette oeuvre importante de l’artiste américain, le château d’Oiron accompagne les expositions consacrées par la ville de Thouars à John Tremblay du 28 juin au 19 octobre.

Oiron prend ainsi part avec une pièce monumentale à un parcours entre 3 lieux (la chapelle Jeanne d’Arc, le musée Henri Barré de Thouars et le château d’Oiron) qui permettra aux visiteurs de découvrir une oeuvre inclassable.
Les peintures abstraites de John Tremblay se nourrissent tout autant de l’Histoire de l’Art (Abstraction, Op art, art cinétique, Pop Art, etc.) que des domaines qui lui sont plus extérieurs comme l’architecture, l’urbanisme, le graphisme, le design, le cinéma et la musique.
Le motif de la cible à bandes noires et blanches alternées est récurrent dans son travail, ses qualités hypnotiques jouant sur les perceptions du regardeur.

Pour Curved’Air, John Tremblay déforme la cible en ellipse, le tableau devient un volume qui vient occuper l’espace de l’architecture. Déplaçant le point de vue généralement frontal de la peinture, John Tremblay invite ici le regardeur à se déplacer lui-même, physiquement mais aussi à se projeter intellectuellement pour pouvoir saisir et percevoir l’oeuvre dans son ensemble.

Cette oeuvre de John Tremblay croise au château d’Oiron, le travail d’autres artistes ayant également donné leur interprétation de thèmes similaires (Felice Varini, Couloir des illusions – Ugo Rondinone, Salon Arlequin…).
La présentation de Curved’Air dans le château joue avec les notions d’espace redéfinissant la circulation entre passages et espaces clos mêlant sculpture, peinture et architecture.