ART | EXPO

Couleurs

02 Mar - 13 Avr 2013
Vernissage le 01 Mar 2013

Julio Le Parc élabore des combinaisons en petits formats, sur carton et rhodoïd transparent, puis en plus grand à l'acrylique sur toile. Envahissant la toile, des formes géométriques simples (carré, cercle, rectangle) sont choisies pour leur neutralité et leur facilité à établir une connexion visuelle avec le spectateur.

Julio Le Parc
Couleurs

Membre fondateur du G.R.A.V. (Groupe de Recherche d’Art Visuel) et lauréat du Grand prix de peinture à la Biennale de Venise en 1966, Julio Le Parc (né en 1928 à Mendoza, Argentine; vit et travaille à Cachan, France) est l’une des figures majeures de l’histoire de l’art.

L’un des acteurs les plus importants de l’art optique et l’art cinétique, figure influente de la création contemporaine, Julio Le Parc a initié nombre de modalités esthétiques contemporaines. Fondée sur les troubles perceptifs, la dématérialisation, la réduction formelle et l’étude des phénomènes lumineux, l’œuvre engagée de Julio Le Parc se décline sous la forme de peintures, sculptures, mobiles et installations de lumière qui questionnent le regard traditionnel porté sur l’art en perturbant la vision et les conditions d’observation du spectateur.

Dès 1958, Julio Le Parc développe un système unitaire afin de régir la surface du tableau, les formes et leur relation sur le plan. Se limitant à l’origine à l’utilisation du noir, blanc et gris, Julio Le Parc poursuit ses recherches avec la couleur et définit à partir de 1959 une gamme unique de quatorze couleurs, jamais modifiées à ce jour, qu’il organise selon un système rigoureux de combinaisons de motifs géométriques répétitifs, permettant ainsi des associations infinies et l’effacement de tout formalisme ou expressions de sensibilité artistique personnelle.

Pour cette série, Julio Le Parc élabore d’abord ces combinaisons en petits formats, sur carton et rhodoïd transparent, puis en plus grand à l’acrylique sur toile. Envahissant la toile, des formes géométriques simples (carré, cercle, rectangle) sont choisies pour leur neutralité et leur facilité à établir une connexion visuelle avec le spectateur, permettant toujours à l’imagination de poursuivre ces formes au-delà du cadre. Ici, Julio Le Parc présente une sélection de ses Surfaces – couleurs, datées des années 1970 à nos jours, véritable assaut visuel offert aux visiteurs.

Pendant les dernières décennies, Julio Le Parc, a régulièrement exposé dans le monde entier. Son œuvre fait l’objet d’une exposition majeure actuellement visible au Palais de Tokyo jusqu’au 20 mai 2013. Ses travaux seront également prochainement mis à l’honneur lors de l’exposition Dynamo aux Galeries Nationales du Grand Palais. En septembre prochain, la Fondation Daros Latinamerica inaugurera son nouvel espace à Rio de Janeiro, avec une importante exposition personnelle pour laquelle Julio Le Parc présentera ses œuvres de lumière. Précédemment le travail de Julio Le Parc a été présenté lors d’expositions d’envergure telles que Suprasensorial, Experiments in Light, Color and Space au Museum of Contemporary Art à Los Angeles, au Hirshhorn Museum and Sculpture Garden à Washington en 2010-2011, de Erre, variations labyrinthiques en 2011 au Centre Pompidou-Metz, ainsi qu’à l’occasion de la Nuit Blanche 2012 à Paris, dans le cadre duquel Julio Le Parc a mis en lumière l’Obélisque de la Place de la Concorde.