ART | EXPO

Costura Urbanas

23 Nov - 12 Jan 2008

Le Bon accueil expose le collectif féminin Costuras Urbanas, qui interroge les relations dialectiques du privé et du public, de l’auteur et du récepteur.

Costura Urbanas
Costura Urbanans

Dès le début des années 60, l’effervescence des avant-gardes en Argentine a entraîné une politisation des formes artistiques à travers le conceptualisme idéologique. En partant du principe que les formes esthétiques transmettent les idées, le mouvement Tucumán Arde a voulu en 1968 faire de l’art un outil révolutionnaire.
Ce mouvement avait trois objectifs :
> abandonner l’élite culturelle, renoncer aux galeries, fondations, bourses, ainsi qu’au public élitiste qui conditionne ces oeuvres et avec lesquelles il a construit un langage inintelligible pour la majorité.
> changer de public, se diriger vers les gens exploités, approcher leurs problèmes et leurs langages.
> réaliser une première expérience fondatrice en dénonçant la situation des ouvriers du sucre de la province de Tucumán.

Cet art révolutionnaire Tucumán Arde (en français /Tucumán brûle) se définissait comme art total, parce qu’il traversait et intégrait toutes les dimensions qui forment la réalité humaine : économique, sociale, politique.
Les artistes mettaient leur créativité militante au service de l’organisation contemporaine d’un peuple en lutte, valorisant de nouvelles relations entre public et artistes. Ont notamment participé au mouvement Tucumán Arde: Roberto Jacoby, Leon Ferrari, Ricardo Carreira et Graciela Carnevale. Cette dernière a conservé les archives relatives au mouvement, aux interventions et événements publics.

C’est cette somme documentaire qui, après sa présentation à la Documenta XII de Kassel, est exposée durant deux mois au Sepa / Bon Accueil à Rennes. En parallèle seront présentés, en partenariat avec les Archives de la critique d’art, les échanges entre Pierre Restany et Jorge Romero Brest sur les mouvements d’avant-garde argentins et européens des années 60. Simultanément le Sepa invite en résidence le collectif d’artistes Costuras Urbanas de Córdoba qui oeuvre depuis 1997 dans la filiation du mouvement Tucumán Arde.

Ce collectif féminin intervient systématiquement dans des lieux et espaces non dévolus à l’art. Cette annexion d’autres sphères artistiques entraîne une critique des paradigmes esthétiques qui régissent ces espaces culturels normés.

A la manière d’artistes-couturières, elles travaillent au «faufilage» d’un tissu social argentin de plus en plus privatisé. Soucieuses de l’ajustage entre art et urbanité, elles sollicitent la participation active de la population. Tel est le cas d’une oeuvre publique qui apostrophe directement le statut de la culture muséale : un tapis rouge disposé dans la rue à l’entrée du musée Castagnino de la ville de Rosario décline des statistiques démographiques, depuis la masse des analphabètes jusqu’à l’élite érudite qui fréquente cet établissement public.

A Rennes, Cours des Alliés, entre l’accès de l’immeuble de la Sécurité Sociale et l’entrée du complexe culturel des Champs Libres, cette oeuvre se verra recomposée et adaptée à la situation particulière de la ville. Elle posera la question du droit à la culture, aussi fondamental que le droit à la santé.

La résidence des artistes de Costuras Urbanas se déclinera en plusieurs interventions artistiques révélant ainsi similitudes et dissemblances des contextes nationaux. Différentes actions et rencontres sont prévues avec la population de Rennes notamment avec les immigrants.

Première présentation en France d’un mouvement artistique radical avec Tucuman Arde, création et recréation d’oeuvres urbaines par le collectif Costuras Urbanas qui revendique une filiation avec ce mouvement : c’est la question de la médiation critique, des actions artistiques, en prise avec la vie de la cité qui traverse cette programmation argentine. Cette rencontre de pratiques artistiques argentines dans le contexte culturel et social rennais créera des situations à même d’extraire de l’inattendu.