DESIGN | EXPO

Corps à corps

22 Avr - 04 Juin 2016
Vernissage le 22 Avr 2016

La galerie Collection présente les œuvres de huit créateurs dans l’exposition «Corps à corps». Designers textile, céramistes ou joailliers, ils ont créé pour l’occasion des pièces autour du thème de l’anatomie humaine où fusent les pieds, doigts et tétons.

Huit créateurs issus des domaines de la céramique et du design textile ont été invités par la galerie Collection à créer des œuvres autour du thème de l’anatomie humaine. L’exposition «Corps à corps» réunit les travaux de ces artistes qui ont exploré l’imperfection et la fragilité du corps humain.

Céramiste, Valérie Blaize explore les thématiques du corps et du langage. Elle aime créer des œuvres qui font appel à l’inconscient du spectateur, qui l’intriguent ou le perturbent. Sa pièce Oreiller dʼherbes fait écho au souvenir dʼune sieste passée sur le ventre dʼun être cher. Cécile Dachary travaille la céramique et les textiles. Elle propose à la galerie Collection sa propre interprétation du corps dont elle donne des images fantasmées. Elle expose notamment une série de cloches prenant la forme de seins.

Karine Jollet établit une analogie entre ses créations textiles et des tissus biologiques. Lʼanatomie évoque pour elle un ordre idéal, qui sous-tend la vie, et quʼelle traduit de manière onirique par la présence de perles captant la lumière et de dentelles de fleurs. Maryse Maillard-Félix travaille quant à elle le verre. Sa série Caresser, effleurer, réalisée selon la technique du vitrail, est une invitation au toucher et, par extension, une allusion aux plaisirs que procurent les sens.

Dans ses œuvres, Stéphane Landureau, créateur de bijoux contemporains, questionne le corps à travers le prisme de la sociologie, avec toujours une touche dʼhumour. Fondatrice de la marque PÿR, Ophélia Leclercq a le corps humain pour thème de prédilection. Elle cherche toujours dans ses bijoux décalés à établir une relation entre lʼobjet et la peau. Dans son oeuvre, We are freaks, des doigts de poupées jaillissent de plusieurs bagues. Enfin Nicolas Rousseau, céramiste, crée des personnages fantastiques en porcelaine pour lesquels il s’inspire des univers de la littérature, des mangas et de la mythologie grecque.