ART | EXPO

Contes ineffables

11 Jan - 26 Fév 2014
Vernissage le 11 Jan 2014

Cette exposition met en scène l’univers des mythes et des contes, privilégié par Gérard Garouste pour évoquer des questions universelles, telles que le rapport au temps, aux autres et à la connaissance. Tableaux, gouaches et sculptures sont structurés comme un rêve, leur logique dérivant de flux imprévisibles, et créant un effet de flottement.

Gérard Garouste
Contes ineffables

Après s’être plongé dans le Faust de Goethe en 2011, Gérard Garouste choisit cette fois de ne pas se limiter à un seul sujet: tableaux, gouaches et sculptures sont structurés comme un rêve; leur logique dérive de flux imprévisibles créant un effet de flottement qui forme le thème principal de cette exposition. L’artiste suggère ainsi que la connaissance s’enrichit d’une double lecture, l’une passant par l’entendement et l’autre par l’œil, exigeant de se laisser guider par l’imagination.

Dans ces «images subliminales» faites de réminiscences et d’associations d’idées, on retrouve pêle-mêle Tintin et Milou de la bande dessinée d’Hergé, le Talmud, les Fables de La Fontaine, les contes de la tradition ashkénaze, Don Quichotte, Faust et des références à l’histoire de l’art, Grünewald, Millet, les paysages romantiques.

L’artiste prête aux protagonistes de ses œuvres les traits de ses proches, mais aussi les siens: dans ses nombreux autoportraits, il devient tour à tour le malade, le héros biblique, ou un mystérieux animal. Ces visions entrent en résonnance avec le témoignage autobiographique du peintre transmis en 2009 dans L’Intranquille: Autoportrait d’un fils, d’un peintre, d’un fou.

Conçu comme une installation, l’accrochage suggère les affinités courant d’une œuvre à l’autre, de Saint Hubert au Rabbin et l’oiseau, de Jonas à l’Ane au crépuscule ou du Prince Valet aux Cigares du pharaon. L’exposition lie les fragments d’une pensée éclatée. Les «Contes ineffables» dessinent ainsi un parcours mental qui se dispersera une fois l’exposition terminée.

Vernissage
Samedi 11 janvier 2013 à 12h